Retour

Un étudiant de l'Université Laval accusé d’agression sexuelle

Un étudiant de l'Université Laval a été accusé d'agression sexuelle vendredi après-midi au palais de justice de Québec relativement à un événement survenu plus tôt cette semaine à la résidence Alphonse-Marie-Parent.

Mohammed Medhi Ghanmi, 25 ans, demeure détenu. Il reviendra en cour mardi prochain pour l’enquête sur le cautionnement.

L’étudiant à la maîtrise en administration a été arrêté jeudi soir après qu’une plainte pour agression sexuelle ait été déposée à son endroit. L'homme connaissait la plaignante, une étudiante dans la vingtaine.

Les événements seraient survenus lundi soir au pavillon Alphonse-Marie-Parent, sur le campus de l'Université Laval. Les policiers avaient été appelés sur les lieux, vers 21 h 45, par un proche de la plaignante.

Selon le Service de police de la Ville de Québec, il n'y a pas de lien entre cet événement et les agressions qui se sont produites l’automne dernier à l'intérieur du même pavillon.

La direction de l’Université Laval a exclu Mohammed Medhi Ghanmi du campus en plus de le suspendre de ses cours le temps des procédures judiciaires.

La porte-parole Andrée-Anne Stewart explique que l’établissement d’enseignement a une politique de tolérance zéro en matière de violence sexuelle.

Plus d'articles