Retour

Un étudiant faussement accusé d'agression sexuelle poursuit l'Université Laval

Un étudiant de l'Université Laval expulsé de l'établissement à la suite d'une plainte non fondée d'agression sexuelle réclame 105 000 $.

Un texte de Yannick Bergeron

Mehdi Ghanmi considère que l'Université Laval a agi précipitamment en le renvoyant après son arrestation en février 2017.

Trois mois plus tard, la Couronne laissait tomber les accusations après avoir pris connaissance de textos et de conversations sur les réseaux sociaux entre la plaignante et l'accusé.

Ces éléments de preuve démontraient l'innocence de celui-ci.

Inscription à rabais

L'automne suivant, l'Université a réintégré l'étudiant à la maîtrise en administration des affaires en réduisant ses frais de scolarité de 10 000 $ à 1500 $.

Pour l'avocat de Mehdi Ghanmi, ce rabais est insuffisant compte tenu de tous les préjudices subis par le jeune homme de 27 ans.

Me Marc Delisle réclame donc au nom de son client 105 000 $ pour ce qu'il considère entre autres une atteinte à la réputation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Qui est à blâmer pour cet accident?





Rabais de la semaine