Retour

Un ex-enseignant de Québec accusé de contacts sexuels sur un mineur

Un enseignant retraité de l'école secondaire Saint-Jean-Eudes dans le secteur de Charlesbourg, à Québec, fait face à sept chefs d'accusation à caractère sexuel.

Alain Lapointe est accusé de contacts sexuels et d'incitation à des contacts sexuels sur une personne mineure. La présumée victime avait 13 et 14 ans au moment des gestes reprochés.

L'homme de 64 ans est aussi accusé de production et possession de pornographie juvénile et d'avoir obtenu les services sexuels d'une personne mineure moyennant rétribution.

Les faits allégués ont été commis entre janvier 2014 et décembre dernier à Québec et à Montréal. Alain Lapointe a été arrêté le 19 décembre par des douaniers à l'aéroport Montréal-Trudeau alors qu'il rentrait au pays.

Alain Lapointe a été professeur d'anglais à l'école secondaire Saint-Jean-Eudes jusqu'en 2008.

L'école réagit

La direction de l'école privée Saint-Jean-Eudes a été informée de la situation par les policiers. La directrice des services pédagogiques, Johanne Décoste, s'est dite surprise par cette nouvelle.

La présumée victime ne fréquente pas cette école. Néanmoins, une lettre a été envoyée aux parents des élèves, leur demandant de contacter la police de Québec s'ils ont été témoins ou victimes de gestes répréhensibles de la part de l'ex-enseignant, qui a été à l'emploi de Saint-Jean-Eudes pendant plusieurs années.

La direction soutient n'avoir aucune indication laissant croire que l'ex-employé aurait pu faire des victimes au sein de l'établissement.

« Vérification faite, aucune information ni observation ne permettaient de croire que les élèves ou les membres du personnel de Saint-Jean-Eudes courraient un danger en étant en présence de cet individu », écrit la direction dans le communiqué envoyé aux parents.

Alain Lapointe a recouvré sa liberté sous conditions après sa comparution en décembre. Il ne doit pas entrer en contact avec la présumée victime ou ses proches, et doit demeurer au pays. Il ne peut pas se rendre dans des lieux publics fréquentés par des enfants ni accéder à Internet.

Plus d'articles

Commentaires