Retour

Un jeune canoéiste de Lac-Beauport face aux meilleurs juniors du monde

Alix Plomteux flotte sur un nuage depuis l'annonce mardi de sa nomination au sein de l'équipe canadienne pour les championnats du monde juniors de canoë-kayak, qui auront lieu en Bulgarie à la fin juillet.

Un texte de Jean-Philippe Martin

Rencontré au club du Lac-Beauport où il s’entraîne, le jeune homme de 17 ans se remettait toujours de ses émotions.

« Quand j’ai appris la nouvelle que j’allais aux mondiaux, j’ai eu un gros surplus d’énergie et je ne savais pas quoi faire avec ça! J’ai eu de la misère à dormir la nuit qui a suivi l’annonce de l’équipe », lance-t-il, tout sourire.

Après des résultats plutôt décevants lors des essais nationaux le mois dernier à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, Plomteux est sorti de l’ombre le week-end dernier lors du troisième rendez-vous national de la saison sur le bassin olympique du Parc Jean-Drapeau à Montréal.

En solo, au 1000 mètres, il s’est classé deuxième meilleur junior au pays.

En C2, le Québécois et son partenaire ontarien Philipe Turcanu ont tout simplement été spectaculaires avec une 4e position au 1000 mètres, à 6 secondes des vainqueurs.

Seule embarcation d’âge junior de la course finale, les jeunes loups ont chauffé les meilleurs rameurs au pays, devançant même à l’arrivée les champions canadiens chez les moins de 23 ans.

L'entraîneur d'Alix, Luc Grenier se félicitait d’avoir revu le plan de course et d'opter pour une stratégie appelée « Fly and die », où le rameur donne tout ce qu’il a dès le départ... et tente de survivre le plus longtemps possible jusqu’au fil d’arrivée!

La stratégie s’est avérée concluante et les résultats éloquents.

« Les gens de l’équipe nationale sont venus me voir après les courses pour me demander ce qu’il s’était passé avec Alix au cours du dernier mois! Ils n’en revenaient pas », raconte Luc Grenier.

Du biathlon au canoë

Étonnamment, Alix Plomteux n’en est qu’à sa troisième saison au sein du circuit compétitif.

Après avoir touché au soccer, au biathlon et au taekwondo, il s’est élancé dans un canoë pour la première fois à l’âge de 14 ans.

« On est une famille de sportif. Au secondaire, je me cherchais un sport. J’avais des amis qui venaient au club ici, alors j’ai décidé d’essayer le canoë », dit-il.

« Alix est arrivé à 14 ans et il ne voulait rien savoir de commencer avec les plus jeunes qui ont entre 9 et 13 ans, se souvient Luc Grenier. Il a pris une rame et un canoë et il a tout de suite joint le groupe de son âge. »

Un diamant à polir

Véritable talent brut, Alix Plomteux doit maintenant faire le plein d’expérience et c’est exactement ce qu’il fera au cours des prochaines semaines.

Il s’entraînera à Ottawa avec les membres de l’équipe nationale et l’entraîneur d’origine allemande Andreas Dittmer, 5 fois médaillé olympique entre 1996 et 2004.

« Je suis content, lance Luc Grenier. Andreas m’a dit qu’il comptait s’en occuper. Un gars comme lui, avec toute son expérience, va continuer à polir le diamant. Alix a tout à gagner maintenant. »

En Bulgarie, Alix Plomteux espère à tout le moins participer à la finale A du 1000 mètres en C2 avec Philipe Turcanu.

« Si on pouvait terminer cinquième, ce serait exceptionnel », conclut-il.

Plus d'articles