Retour

Un massothérapeute condamné à 23 mois de prison

Le massothérapeute Nadim Haj Hattab est resté bien calme au banc des accusés au moment même où la juge lui indiquait le chemin de la prison pour des agressions sexuelles sur des clientes.

Un texte de Yannick Bergeron

Deux agents correctionnels surveillaient de près la réaction de l'homme de 42 ans, alors que la juge Chantal Pelletier annonçait la peine de 23 mois d'emprisonnement.

En juillet dernier, Haj Hattab avait semé l'émoi au palais de justice de Québec en s'emportant au moment où la juge Pelletier le déclarait coupable.

En février, le massothérapeute s'en était aussi pris à deux journalistes au premier jour de son procès.

Conditions à respecter

En plus de la détention, Haj Hattab devra respecter les conditions d'une probation de trois ans durant laquelle il devra assister à des rencontres de sensibilisation sur le phénomène des agressions sexuelles.

Père de trois enfants, dont des jumeaux en bas âge, Nadim Haj Hattab a suivi une formation en informatique et ne pratique plus la massothérapie.

La juge lui interdit quand même de pratiquer un emploi qui impliquerait des traitements thérapeutiques.

La défense avait proposé une peine de 12 à 18 mois, tandis que la couronne réclamait 24 mois d'incarcération.

Nadim Haj Hattab reviendra devant le tribunal lundi pour subir son procès concernant l'incident avec les journalistes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine