Retour

Un militaire accusé d'agression à Val-Bélair remis en liberté

Le militaire qui aurait agressé un homme et une femme à Val-Bélair, le 16 novembre dernier, peut recouvrer sa liberté, mais à certaines conditions.

Dalton Stanvick, âgé de 22 ans, fait face à des accusations de voies de fait armées, de voies de fait causant des lésions et de voies de fait graves à la suite d’une attaque au couteau.

La poursuite a consenti lundi matin à ce qu’il reprenne sa liberté après avoir déposé une caution de 2000 $ Dalton Stanvick s’est aussi engagé à respecter une série de conditions, dont celle de ne pas se rendre sur la rue Chanteclerc à Val-Bélair où a eu lieu l’agression.

Il n’a pas le droit de tenter de communiquer avec les victimes et doit en tout temps se trouver à au moins 500 mètres de celles-ci. Le militaire ne peut avoir d'armes en sa possession, sauf pour son travail sur la base militaire de Valcartier.

Le jeune homme doit également demeurer à sa résidence de la rue des Hirondelles à Valcartier et s’y trouver entre 21 h et 6 h.

Son dossier reviendra devant le tribunal au mois de janvier au stade de l’orientation.

Son avocat, Me Luc Picard, a demandé à ce que la preuve de la police de Québec soit traduite en anglais. Dalton Stanvick a demandé que les procédures judiciaires se déroulent dans cette langue.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?