La région de Québec est représentée au sein du premier cabinet de Justin Trudeau. Comme plusieurs s'y attendaient, le premier ministre a nommé le député de Québec, Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social. Il fait partie des six Québécois dans l'équipe de 30 ministres assermentés mercredi à Rideau Hall, à Ottawa.

Jean-Yves Duclos devient aussi membre du très restreint comité des priorités du Conseil du Trésor. 

Le nouveau politicien de 50 ans s'est dit très heureux d'intégrer le cabinet ministériel. « J'ai senti aujourd'hui une énergie remarquable au sein du cabinet et de la part de M. Trudeau. Une ouverture d'esprit, un sentiment de vouloir aller vers l'avant pour notre société qui est tout à fait extraordinaire », a souligné le ministre en entrevue à Radio-Canada cet après-midi. 

Le ministre a confié avoir appris il y a quelques jours à peine les enjeux qui lui seraient confiés, sans même connaître le nom précis de son ministère. Une partie des dossiers qui relèveront de lui sont encore à être précisés, a-t-il mentionné.

Toutefois, à titre de ministre de la Famille, il gérera assurément la création de la nouvelle prestation mensuelle pour les familles promise par les libéraux. Cette allocation non imposable et basée sur les revenus remplacera la prestation universelle pour la garde d'enfants du gouvernement Harper.

« On veut faire les choses à la fois rapidement et correctement », se limite-t-il à dire.

Le curriculum vitae de Jean-Yves Duclos était évoqué par les analystes politiques pour justifier son accession au conseil des ministres. Jean-Yves Duclos est économiste. Il était professeur titulaire et directeur du département d'économique de l'Université Laval avant de faire le saut en politique.

Le père de trois enfants était aussi titulaire de la Chaire de recherche Industrielle-Alliance sur les enjeux économiques des changements démographiques et membre de l'Institut sur le vieillissement et la participation sociale des aînés.

Un père bien fier

Le père du nouveau ministre a suivi son assermentation sur les écrans installés à l'extérieur de la résidence du gouverneur général, à Ottawa.

Il a appris en même temps que tout le monde les fonctions conférées à son fils. « Il n'a pas voulu nous le dévoiler », confie Jean-Luc Duclos.

Le père se dit fier, mais il sait que la vie politique ne sera pas de tout repos. « Un papa se sent fier, heureux, mais je dirais un tout petit peu inquiet parce qu'on sait que ce n'est pas un travail facile le travail de politicien. Ils sont souvent critiqués, même par les journalistes à l'occasion! »

Jean-Luc Duclos décrit son fils comme quelqu'un de calme, qui ne fera pas d'esclandre.

La ville de Québec n'avait pas eu de ministre fédéral depuis la conservatrice Josée Verner, qui a été défaite aux élections de 2011.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine