Retour

Un parc d’amusement de 9 millions à Scott, en Beauce

Le Woodooliparc quitte ses installations de Saint-Georges pour s'installer sur le terrain du complexe hôtelier La cache à Maxime, à Scott, dans l'espoir d'attirer davantage de visiteurs en provenance de Québec. Le parc d'amusement ouvrira ses portes le 16 décembre et investira 9 millions de dollars pour bonifier ses installations.

Dès l’ouverture, un parc ayant pour thème Frima, ou la magie de Noël, sera accessible aux visiteurs. On y retrouvera des glissades, un sentier et un village de lutins, notamment.

Un château du Père Noël sera ajouté ainsi qu'une forêt illuminée. Certaines des infrastructures existaient déjà à Saint-Georges, mais d'autres sont complètement nouvelles. Au cours de cette première phase du projet, 850 000 $ seront investis.

Au cours des prochains mois, le parc s’agrandira avec l’ajout de trois thématiques. Volkan’O est décrite comme une oasis d’aventures, où des glissades d’eau se grefferont à un volcan artificiel d’environ 30 mètres de hauteur.

Zone Toxic misera davantage sur la peur des visiteurs, avec une maison hantée et des zombies, notamment. Enfin, Vol 315 plongera les visiteurs dans l’ère des dinosaures, avec l’installation d’une centaine de statues d'animaux commandées en Chine.

À terme, le Woodooliparc devrait permettre la création de 80 à 100 emplois.

Accroître le bassin de visiteurs

Le parc s’inspire d’autres attractions semblables visitées ailleurs dans le monde au cours des derniers mois. « Les filles avec qui on travaille en création ont fait plein de parcs thématiques dans le monde », explique le porte-parole du projet, Karl Boucher.

« C'est sûr qu'il y a une inspiration de tout ce qui a été fait de bien [ailleurs] et ce qu'on veut faire, c'est l'améliorer encore », dit-il.

En positionnant le Woodooliparc à Scott, M. Boucher croit être en mesure d’accroître le bassin de visiteurs potentiels. « On s’approche de Québec et en même temps, on est centralisé en Beauce. »

Ça permet de desservir les Beaucerons comme on le faisait dans les dernières années, mais en même temps, de s’approcher d’un public où ça va être plus facile, avec l’autoroute [73], d’avoir des gens.

Karl Boucher, porte-parole du Woodooliparc

M. Boucher considère que tout nouveau projet « comporte son lot de risques », mais il croit fermement que la nouvelle localisation du Woodooliparc, jumelée aux investissements projetés, feront connaître le parc.

« Avec la gang qu’on a, avec l’engouement qu’on a et avec les attractions qu’on va offrir, je suis convaincu que c’est un projet qui va fonctionner très bien dans les prochaines années. »

Plus d'articles

Commentaires