Retour

Un « pitch de vente » qui n'a rien d'une candidature olympique, précise Labeaume

Le maire de Québec se défend toujours d'être en mode olympique, malgré le document promotionnel intitulé « Québec 2026 - Nous sommes prêts » que la Ville a préparé pour les hauts dirigeants du Comité international olympique (CIO) rencontrés à Lausanne, la semaine dernière. 

Pour Régis Labeaume, il s'agit d'un « pitch » de vente, de « promotion », comme la Ville en fait lorsqu'elle est en représentation pour obtenir un congrès, par exemple.

« On a fait ça pour leur montrer ce que ça donnerait si on était candidat », s'est-il défendu ce matin.

Le dépliant en couleur de huit pages, qu'il a remis notamment au président du CIO, Thomas Bach, met en valeur les atouts de Québec. Il est illustré par les grands événements hivernaux organisés à Québec, comme les Coupes du monde de ski de fond et de surf des neiges, le Crashed Ice, le Pentathlon des neiges et le Carnaval de Québec.

La Ville de Québec y affirme aussi sa volonté de déposer une candidature conjointe avec une autre ville.

En prenant en exemple la construction de l'amphithéâtre, la Ville dit être en mesure de « réaliser des infrastructures modernes » et « dans le respect des échéanciers et des budgets ». 

Double discours

Le maire a défendu sa stratégie. « On vend notre ville, on les excite, on veut qu'ils nous désirent. On appelle ça un "pitch" de vente, c'est évident. » Mais le document réalisé à l'interne par la Ville ne signifie en rien que sa décision est arrêtée sur une éventuelle candidature olympique, plaide-t-il. 

Pour le chef de l'opposition, le maire tient un double discours. Le dépliant « est la meilleure preuve que le maire Labeaume est en mode olympique », selon Paul Shoiry.

« Juste le fait de préparer un document qui vante les mérites de Québec comme ville olympique, c'est un dossier de précandidature », fait valoir M. Shoiry. 

Plus d'articles