Retour

Un pont ou un tunnel, dit Lessard, « mais pas à 4 milliards »

Le ministre des Transports du Québec, Laurent Lessard, ferme la porte à un tunnel entre Québec et Lévis, du moins dans la forme présentée en septembre dernier. « À 4 milliards, comme c'est là, c'est non », a affirmé fermement le ministre à la sortie de sa rencontre avec les maires de Québec et de Lévis, jeudi soir, tout en confirmant que toutes les options sont toujours sur la table à dessin pour la construction d'un éventuel troisième lien.

« Entre nous, ça sera un pont, ou un tunnel. Ça ne sera pas des avions, on a déjà des traversiers, et on a déjà deux ponts. Est-ce que ces structures-là peuvent nous en offrir plus? Il faut le regarder parce qu'il y en a qui nous en parlent », a avancé le ministre, qui n'exclut pas un réaménagement des ponts.

« Certains nous disent même que ces ponts-là ont été construits pour accueillir plus. On ne peut pas les exclure », a ajouté Laurent Lessard.

Si le tunnel dans le secteur de la pointe ouest de l'île d'Orléans, tel que proposé par le professeur Bruno Massicote, est écarté, le ministre mentionne toutefois que l'option d'un lien sous-fluvial n'est pas complètement mise de côté. « Il y a tout le monde qui avance des hypothèses : "et si le tunnel tournait de ce côté-là, s'il était plus court?" [...] Est-ce que tous les scénarios du Dr Massicotte ont été regardés pour des alternatives? On va le regarder », affirme le ministre.

Origine et destination des automobilistes

Pour l'heure, les élus se sont entendus sur la création d'un comité de coordination sur la mobilité « avec obligation de résultats », a fait savoir le maire de Lévis, Gilles Lehouillier. La priorité sera tout d'abord à la compilation de statistiques sur les allées et venues des automobilistes.

Une première étape primordiale selon le maire de Québec, Régis Labeaume.

« La question est là : il s'en va où ce monde-là qui passe les ponts? On le sait tu? C'est assez fondamental », lance-t-il. Celui-ci s'est d'ailleurs engagé à fournir une feuille de route rapidement avec des données colligées par la Ville de Québec, qui seront mises en commun avec les ressources fournies par la Ville de Lévis.

Ce premier pas est encourageant selon les élus. « Moi, je pense que là, on est partis sur la bonne lancée, a indiqué Gilles Lehouillier. Les deux rives, on veut travailler ensemble, on va se faire un plan de match, on va regarder les origines et destinations, et on va se faire un scénario optimal. »

Boucler le réseau, mais pas forcément à l'est

Plus tôt en journée, jeudi, les décideurs de la Table de concertation des élus de Chaudière-Appalaches avaient indiqué être en faveur de la construction d'un 3e lien à l'est des ponts actuels. Après sa rencontre avec le maire de Québec et le ministre des Transports, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, apportait quelques nuances.

« On va travailler ensemble pour aller chercher une solution. Tout le monde s'entend pour dire que ça prend un 3e lien, dit le maire. Quel va être ce 3e lien? Moi, ce que j'ai dit c'est : "le scénario qu'il y a sur la table, c'est celui de l'est". Maintenant, est-ce qu'il y a d'autres scénarios encore plus optimals [sic] qui pourraient être intéressants? »

Sur cette proposition, Régis Labeaume a retenu ses commentaires, et répété que la décision devait se prendre en fonction des données colligées. « Je dis qu'il faut y aller logiquement, rationnellement. Il faut mettre de l'intelligence dans les données. Tant qu'on ne sait pas où le monde s'en va... Comment tu veux décider? », s'est questionné le maire de Québec.

Aucun échéancier n'a été proposé pour le moment.

Plus d'articles