Retour

Un premier centre de chirurgie bariatrique en Chaudière-Appalaches

La région de Chaudière-Appalaches dispose désormais d'un premier centre en chirurgie bariatrique, à l'hôpital de Montmagny. Une centaine de personnes obèses pourront y être opérées chaque année.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

Chaudière-Appalaches était l’une des deux seules régions du Québec, avec l’Outaouais, qui ne dispensait pas cette opération qui consiste en une réduction du volume de l’estomac ou encore, en une dérivation du tube digestif.

Ce projet est dans les cartons de l’établissement de santé depuis 2013, lors de l’arrivée du Dr Philippe Grassin dans la région. Le français d’origine se spécialise dans la chirurgie bariatrique. Il a pratiqué une dizaine d’années en France avant de s’établir à Montmagny.

Le Dr Grassin croit que ce nouveau centre permettra notamment de désengorger l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec où 220 personnes sont présentement sur la liste d’attente.

« Chaque année, plus d'une centaine de patients sont opérés ailleurs dans d'autres centres, dans d'autres régions. Donc, ça nous paraissait être un besoin réel », affirme le Dr Grassin.

Nombreux patients

Des séances d’informations ont eu lieu en août avec plusieurs dizaines de patients potentiels. Maude Labrecque, une résidente de Montmagny, a participé à ces séances.

« Ça fait quand même trois ans que mon médecin me suggérait d'embarquer sur une liste d'attente pour la chirurgie bariatrique. J'ai pris la décision quand j'ai vu que je commençais à ralentir, à [peiner à] suivre mon conjoint et mon fils, eux qui aiment les sports extrêmes », explique-t-elle.

La femme de 30 ans est devenue obèse morbide à la suite de sa grossesse, il y a six ans. Elle souhaite maintenant se prendre en main.

« Là, je suis prêtre mentalement à devenir une autre personne. Je ne fais pas ça pour devenir une top-modèle comme j'ai dit à mon conjoint et à mon fils. Je fais ça parce que je les aime », souligne Mme Labrecque.

Long protocole

Avant d’être opérée, Maude Labrecque sera suivie par de nombreux spécialistes de la santé, dont une nutritionniste et une psychologue.

Le Dr Philippe Grassin explique que la chirurgie n’est qu’une des nombreuses étapes pour en arriver à une perte de poids. Il faut d’abord éduquer les patients quant aux bonnes habitudes de vie à mettre en pratique.

« Parce que certaines personnes sont incapables de changer leur mode de vie et d'alimentation, ces gens-là, on pourrait les opérer et on n'aurait aucun résultat et ce serait des échecs. Il vaut mieux éliminer, avant la chirurgie, les patients qui ne seront pas capables de faire ça », précise-t-il.

Un suivi est également obligatoire plusieurs années après l’opération.

L’arrivée du centre de chirurgie bariatrique à Montmagny a été l'un des éléments décisifs dans le choix de Maude Labrecque de faire appel à cette expertise.

« Vu que je suis une fille qui vient du coin, c'est plus tentant. Je n'aurai pas besoin d'aller faire des suivis à Québec ou à Rivière-du-Loup. C'est assez loin », se réjouit-elle.

Délai plus court?

Le ministère de la Santé cible un délai de six mois pour opérer un patient. Ce temps d'attente est toutefois calculé à partir du moment où le médecin prend la décision d'opérer.

Ainsi, les données ne tiennent pas compte du délai pour voir un spécialiste ni de certaines étapes préparatoires qui peuvent être nécessaires, ce qui peut prendre plusieurs années.

À l’Hôpital de Montmagny, bien qu’on conçoive que l’ouverture du nouveau centre ôtera de la pression sur les listes d’attentes des autres centres, on refuse de s’avancer sur le délai pour les futurs patients.

« C’est sûr qu’on peut penser que le délai pour ce type de chirurgie qu'on fait ici dans l'établissement peu s'améliorer pour certains patients. Ce qu'il faut comprendre par contre, ce n'est pas un centre où systématiquement les gens qui sont ici peuvent s'attendre à avoir une chirurgie demain matin », prévient la coordonnatrice clinico-administrative du programme de chirurgie bariatrique, Line Picard.

Plus d'articles

Commentaires