La Société de développement commercial (SDC) Saint-Sauveur a entamé des démarches pour ouvrir des terrasses rue Saint-Vallier Ouest, et ce, possiblement dès cet été.

Si le projet se réalise, les nouvelles terrasses seraient aménagées sur les trottoirs ou encore dans des cases de stationnement, à l'image de ce qui se fait sur l'avenue Cartier.

Quelques rencontres ont déjà eu lieu avec les fonctionnaires de la Ville de Québec. « Pour le moment, la Ville a une bonne oreille. Ils sont ouverts à discuter, à voir comment on pourrait faire pour aménager des terrasses », commente le vice-président de la SDC, Martin Parrot.

Plusieurs commerçants, qui sont situés principalement entre le boulevard Charest et la rue des Oblats, souhaitent accueillir des clients à l'extérieur pour la belle saison.

Martin Parrot déplore cependant la rigidité de certaines règles à la Ville. Il estime que le prix de location d'un espace de stationnement et sa conversion en terrasse n'est pas clair.

Et pour son commerce, la brasserie artisanale Griendel, impossible d'ouvrir une terrasse parce qu'il n'y a pas de stationnement sur la rue des Oblats. 

Saint-Roch veut aussi des terrasses

Dans le quartier voisin, Saint-Roch, quelques terrasses ont vu le jour sur les trottoirs en 2015.

Cette année, la SDC centre-ville a voulu s'inspirer du projet pilote de l'avenue Cartier et offrir aux commerçants la possibilité de sortir des tables dans une ou plusieurs cases de stationnement.

La SDC a approché ses membres en novembre et des demandes de permis devraient être acheminées à la Ville sous peu.

« Pour nos commerçants, c'est vraiment un désir de le réaliser, mais il faut vraiment analyser la chose avant », précise la directrice générale de la SDC centre-ville, Alexandra Cardin-Dubé.

Elle explique que les coûts pour une terrasse qui occuperait une ou deux cases de stationnement dépassent 6000 $ pour la saison.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine