L'espace manque pour accueillir les élèves à Limoilou, et si tout se passe comme prévu, le ministère de l'Éducation devrait donner le feu vert pour la construction d'une nouvelle école d'ici l'été. La Commission scolaire de la Capitale souhaite du même coup obtenir un projet Lab-École dans le Vieux-Limoilou.

Un texte Maxime Corneau

Le projet Lab-École, piloté par le chef Ricardo Larrivée, l’architecte Pierre Thibault et l’athlète Pierre Lavoie, prévoit la construction de cinq écoles modèles dans la province pour mettre en œuvre des pratiques novatrices en éducation pour la rentrée scolaire 2021.

En attente d’une autorisation du ministère de l’Éducation pour la construction d’une nouvelle école à Limoilou, la direction de la Commission scolaire de la Capitale a rencontré à plusieurs reprises les responsables du projet pilote pour vanter les possibilités du Vieux-Limoilou.

« On n’a pas eu de réponse officielle, mais on a eu une bonne audience », lance Mireille Dion, directrice générale adjointe de la Commission scolaire de la Capitale.

Mme Dion ajoute que le secteur a beaucoup à offrir au projet Lab-École, citant en exemple la grande mixité sociale du secteur. Plusieurs élèves marchent pour venir à l’école et le bâtiment à construire pourrait facilement intégrer les recommandations des experts.

Une nouvelle école espérée

La demande de construction d'un nouvel établissement a été acheminée l’automne dernier au ministère de l’Éducation. L’École de la Grande-Hermine déborde et les élèves seront à l'avenir de plus en plus nombreux.

Un projet de 7 millions de dollars pour agrandir la Grande-Hermine a déjà été autorisé par Québec, mais il ne répond déjà plus aux besoins de la clientèle scolaire. Il faudrait ajouter 14 classes plutôt que les 6 qui sont déjà envisagées.

Le nouvel établissement serait construit au coût de 11,3 millions sur le terrain de l’ancienne école Stadacona, abandonné depuis 10 ans. L'école sera démolie puisque la rénover aurait été trop coûteux.

« Si on parle d’une école qui est aux mêmes normes sismiques et avec les mêmes fonctionnalités qu’une école moderne, ça pourrait coûter entre 20 et 30 millions », explique Éric Fortin, directeur des services et ressources matérielles pour la Commission scolaire de la Capitale.

Sélection au printemps prochain

Hélène Cyr, la directrice générale du projet Lab-École, salue l’intérêt de la Commission scolaire de la Capitale pour un établissement qui accueillerait le Lab-École.

« Ça nous fait extrêmement plaisir de voir que des écoles et des commissions scolaires sont intéressées à participer », dit-elle en confirmant la tenue de discussions sur un Lab-École à Limoilou.

Mme Cyr souligne toutefois que le processus en est encore à ses balbutiements. Des formulaires seront disponibles dans les prochaines semaines pour que les commissions scolaires puissent faire valoir leur projet, à condition qu'il soit déjà financé par Québec.

« Ce n’est pas quelque chose qui va se faire seulement avec des discussions entre une école et le Lab-École », insiste Mme Cyr.

Elle précise que plusieurs critères seront évalués, notamment la motivation de la direction ainsi que le désir de la communauté de s’impliquer. Les projets retenus devraient être connus d’ici l’été.

Des « roulottes » en attendant

En attendant une nouvelle école dans le secteur de Limoilou, une centaine de jeunes suivent leur formation scolaire dans des classes mobiles intégrées à l’école depuis la rentrée scolaire.

Ces roulottes sont équipées de toutes les commodités d’une classe ordinaire; seules les fenêtres un peu plus petites trahissent le fait qu’il s’agit de classes temporaires.

Plus d'articles