Retour

Un résident de Neuville plaide coupable à plusieurs délits violents

La Couronne pourrait demander qu'un résident de Neuville qui a commis plusieurs gestes violents soit déclaré délinquant à contrôler. Dominique Moreau, 57 ans, a plaidé coupable à une série d'accusations mercredi au palais de justice de Québec.

Un texte de Yannick Bergeron

En quelques mois, l'accusé a été impliqué dans plusieurs incidents à caractère violent, cumulant les accusations. En mai 2014 d'abord, il a eu un accès de rage au volant contre une dame de près de 70 ans, qu'il a violemment bousculé au moment de remplir un constat à l'amiable.

Deux mois plus tard, le fervent opposant à l'aéroport de Neuville a de nouveau été arrêté alors qu'il inscrivait des graffitis dénonçant ses activités sur la chaussée face à sa résidence. Lors de son arrestation, il a été hostile aux policiers.

Soirée d'enfer

Le même mois, Dominique Moreau a fait vivre une fin de soirée d'enfer à un couple âgé. Il s'était rendu chez eux, dans un secteur éloigné de la Mauricie, pour régler des comptes. Le couple était en chicane avec la soeur de Dominique Moreau.

Le résident de Neuville a commis des voies de fait sur l'homme de 67 ans. Il a aussi fracassé une vitre de la résidence avec un bloc de béton, en plus de verser du carburant par la vitre et à l'extérieur de la demeure. Craignant qu'il allume un incendie, le couple est allé chercher secours chez des voisins.

Thérapie pour contrôler sa violence

Après cet incident, Dominique Moreau a pu recouvrer sa liberté à la condition de suivre une thérapie pour gérer ses problèmes de violence.

À peine sorti de thérapie en avril dernier, il a foncé délibérément sur une auto-patrouille de la Sûreté du Québec sur l'autoroute 40. Les deux voitures ont fait une violente sortie de route, mais les occupants s'en sont sortis avec des blessures mineures. Après l'incident, le policier impliqué a dû utiliser du poivre de cayenne pour maîtriser le quinquagénaire.

Dominique Moreau est détenu depuis cet événement. Il reviendra en cour à la fin du mois. La Couronne annoncera alors si elle réclame le statut spécial de délinquant à contrôler. Cette désignation peut entraîner une surveillance du prévenu pendant une période pouvant atteindre jusqu'à 10 ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine