La coroner qui s'est penchée sur le suicide d'un détenu survenu au Centre de détention de Québec, en juin 2016, met en cause les heures supplémentaires chez les gardiens de prison.

Selon la coroner Alice Bélanger, la mort du détenu Gaétan Laurion aurait pu être évitée si le gardien qui devait le surveiller ne s'était pas endormi devant son écran de surveillance parce qu'il avait travaillé 45 heures dans les 3 jours précédents.

En juin 2016, l'homme s'est pendu dans sa cellule à l'infirmerie du Centre de détention de Québec.

Dans son rapport, la coroner croit que l'absence de restrictions pour le temps supplémentaire chez les gardiens de prison est possiblement en cause.

Gaétan Laurion devait être surveillé en continu parce qu'il avait déjà fait trois tentatives de suicide auparavant.

La coroner estime qu'il aurait pu être sauvé si le gardien était intervenu sur-le-champ et non 40 minutes après le geste fatal du détenu.

À la lumière de ce rapport, la famille de Gaétan Laurion envisage maintenant de poursuivre le gouvernement.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine