Déjà détenteur de la ceinture IBF Internationale, Francis Lafrenière (15-5-2, 8 K.-O.) a ajouté le titre NABO des poids moyens en l'emportant devant le Mexicain Uriel Gonzalez (15-2-1, 11 K.-O.), vendredi au Centre Vidéotron de Québec.

Un texte de Jean-François Chabot

Lafrenière a mérité une décision partagée des juges 96-94, 95-96, 98-92 pour signer du coup une 12e victoire d’affilée. Il se retrouvera classé parmi le top 15 à la WBO, tout comme il l’était déjà du côté de l’IBF.

Hargneux et fonceur, fidèle à ses habitudes, Lafrenière n’a pas donné beaucoup de répit à son adversaire en maintenant une pression constante au corps à corps.

À partir du 4e round. Gonzalez cherchait par tous les moyens à accrocher et à freiner la cadence.

Au 6e, Gonzalez a répliqué avec une solide mitraille qui a forcé le boxeur de Coteau-du-Lac à reculer. Lafrenière s’est ressaisi au 7e et u 8e pour recreuser l’écart. Heureusement, car il a connu une sérieuse baisse d’énergie dans les deux derniers rounds.

Martel-Bahoeli freiné

Chez les lourds, Éric Martel-Bahoeli est arrivé à court de la réalisation de son rêve d'un titre mondial. Le favori local s'est incliné par K.-O. devant Adam Braidwood après 2:01 de combat au 5e round.

Dans une véritable guerre de tranchées et à grands coups de bombes, l'ancien ailier défensif des Eskimos d'Edmonton a vaincu Martel-Bahoeli à force de rage et de détermination.

À lui seul, le 4e round valait le prix d'entrée. Coupé au-dessus de l'oeil gauche à la suite d'un coup de tête accidentel, Braidwood a perdu patience et poussé le Québécois hors du ring. À la reprise, le Britano-Colombien s'est jeté sur Martel-Bahoeli qui, en diffcultés, a été sauvé par la cloche.

Le 5e round n'a pas permis au favori de reprendre ses esprits et n'a pas pu se relever à temps d'une deuxième visite au tapis. Fou de joie, Braidwood a donc mis la main sur le titre mondial de la WBU, peut-être la plus obcure des associations professionnelles.

N'empêche que le géant de 6 pi 5 po était très ému et excité en rappelant qu'il y a trois ans à peine il était en prison et un accroc à la drogue. En voilà un qui a trouvé sa rédemption.

Bouchard à la dure

Face à un adversaire qu'il n'avait pas eu le temps d'étudier avant le combat. Sébastien Bouchard (15-1-0, 5 K.-O.) a remporté une 15e victoire en 16 combats en l'emportant par décision unanime face au Mexicain Gustavo Garibay (13-8-2, 5 K.-O.).

À sa 10e sortie à Québec, une troisième au Centre Vidéotron, Bouchard a récolté la faveur des trois juges 77-75, 78-74 et 79-73. Après un bon départ, Bouchard a dû faire face à un rival entêté et un peu brouillon.

Victime de beaucoup d'accrochage, Bouchard a eu du mal à mettre en place des combinaisons soutenues pour imposer le rythme. Dans les circonstances, il s'est tout de même bien tiré d'affaires.

Apéros à sens unique

Plus tôt, le Français, Camerounais de naissance et Montréalais d’adoption, Christian M’Billi (2-0-0, 2 K.-O.) a réussi ses débuts québécois en expédiant Jesus Olivarez (5-4-0, 3 K.-O.).

L’arbitre a mis fin au combat à 0:34 du 3e round avant que la situation de devienne dangereuse pour le Mexicain complètement dépassé et sauvé par la cloche à la fin du round précédent.

En levée de rideau, le Montréalais et jeune protégé de Lucian Bute, Dario Bredicean (12-0-0, 4 K.-O.) est demeuré invaincu en l’emportant par décision unanime 79-72, 80-71, 80-71 face au Mexicain Alejandro Torres (9-2-2, 3 K.-O.).

Ce duel à sens unique aura tout de même permis d’apprécier la résistance du Mexicain qui, faute de donner des coups a prouvé qu’il savait les encaisser.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine