Retour

Un vérificateur va enquêter sur le CHU de Québec

Le gouvernement Couillard annonce la nomination d'un vérificateur pour faire la lumière sur un possible cas de fractionnement de contrat au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec.

Un texte de Louis Gagné

Le Journal de Québec a révélé mercredi que l’établissement avait fractionné un contrat de numérisation d’anciens dossiers médicaux afin de pouvoir faire affaire avec la multinationale Iron Mountain.

Cette dernière n’ayant pas obtenu le droit d’obtenir des contrats publics de plus d’un million de dollars auprès de l’Autorité des marchés financiers, le CHU lui a octroyé deux contrats de gré à gré, un de 925 000 $ et l’autre de 860 000 $, pour un montant total de près de 1,8 million de dollars, rapporte le quotidien.

Après discussions avec le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau, a décidé de mandater un vérificateur du service de la vérification contractuelle de son ministère.

« Il [va enquêter] sur la situation et […] dépendamment des conclusions de son rapport, on verra quels sont les gestes qui peuvent être posés, mais déjà, la loi prévoit l'imputabilité à l'égard de situations semblables », a expliqué M. Moreau à l’entrée du caucus libéral.

Le ministre a ajouté que les résultats de la vérification pourraient mener à des modifications du projet de loi 108, qui vise à favoriser la surveillance des contrats des organismes publics et à instituer l’Autorité des marchés publics.

Pierre Moreau a précisé que le Conseil du trésor n’avait reçu aucune demande de vérification ou d’autorisation de la part du CHU de Québec concernant l'octroi des contrats à Iron Mountain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine