Retour

Un voleur « prolifique » condamné à 4 ans de prison

Un résident de Lévis est condamné à quatre ans de prison pour une série de vols commis dans des voitures. Michel Comeau recherchait des sacs à main laissés bien en vue avant de fracasser la vitre des véhicules pour s'en emparer. « Vous êtes quasiment irrécupérable », a lancé le juge René de la Sablonnière au voleur qui venait de plaider coupable devant lui à une centaine de chefs d'accusation de méfait, vol et fraude.

Un texte de Yannick Bergeron

Michel Comeau ciblait les stationnements de lieux touristiques, comme les centres de ski ou encore le Village Vacances Valcartier, pour commettre ses méfaits. Il utilisait ensuite les cartes de crédit volées dans les sacs à main pour dérober de l'argent.

L'homme venait tout juste de sortir de prison pour vols lorsqu'il a récidivé entre septembre 2014 et juillet 2015, réalisant ainsi un quarantième vol. Ses larcins lui ont rapporté 7130 $, mais le juge a insisté pour dire qu'on ne pouvait « ramener cela à de vulgaires vols de véhicules ».

Les 40 victimes de Michel Comeau ont vécu du stress, a rappelé le juge de la Sablonnière. Dans des déclarations écrites, certaines victimes ont souligné avoir eu de la difficulté à dormir à l'idée qu'un inconnu était en possession de leurs clés et de leur adresse.

« Accrocher ses patins »

Qualifiant la carrière de Michel Comeau de prolifique, le juge a affirmé que la peine de cinq ans réclamée par la Couronne était raisonnable.

Le magistrat a toutefois retranché une année à la suggestion parce que le voleur de 46 ans a collaboré avec la police, permettant d'élucider plusieurs de ses larcins.

Déjà condamné à une vingtaine de reprises pour différents crimes, Michel Comeau s'est fait dire par le juge de la Sablonnière qu'il serait temps pour lui « d'accrocher ses patins ».

En raison de la détention préventive, il lui reste 27 mois à purger dans une prison fédérale. Le voleur espérait obtenir une peine de moins de deux ans pour la purger à la prison de Québec, afin d'être plus près de son fils d'un an.

Plus d'articles