Retour

Une action collective contre Uber est autorisée au Québec

Un juge de la Cour supérieure du Québec autorise une poursuite en action collective intentée par les chauffeurs et les entreprises de taxi contre le service de transport Uber.

Marc-Antoine Cloutier, avocat pour les demandeurs, a affirmé que les chauffeurs et les entreprises cherchaient à regagner les sommes perdues depuis qu'Uber a fait son entrée sur le marché québécois en 2014.

« Par son action illégale des dernières années, Uber a fait fondre les revenus des chauffeurs et propriétaires de taxis et de limousines au Québec », a déclaré l'avocat par communiqué.

Me Cloutier a indiqué que la poursuite touchait tous les chauffeurs et toutes les entreprises ayant des activités à Montréal, dans ses banlieues nord et sud, ainsi que dans la région de Québec.

L'avocat a indiqué que l'industrie du taxi cherchait à obtenir « plusieurs centaines de millions de dollars » dans son action contre Uber.

L'action collective doit déterminer si Uber contrevient aux lois québécoises et si ses activités constituent une concurrence déloyale, et dans l'affirmative, si ces activités entraînent « une perte de revenus pour les membres du groupe », peut-on lire dans la décision.

L'autorisation de l'action collective attribue le statut de représentant à Wilson Jean-Paul, propriétaire de taxi et nouveau porte-parole du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM-Métallos).

Par communiqué, le RTAM-Métallos a parlé d'une « première victoire juridique » contre Uber.

Cité dans le communiqué, M. Jean-Paul a appelé « le plus grand nombre de propriétaires et chauffeurs de taxi » à s'inscrire au registre de l'action collective.

Le porte-parole d'Uber, Jean-Christophe de Le Rue, a indiqué par courriel que l'entreprise avait « pris connaissance de ce développement procédural ».

« De notre côté, nous concentrons nos énergies à offrir un service de qualité aux Québécois selon les paramètres du projet pilote réglementant le covoiturage urbain au Québec », a-t-il affirmé.

Le gouvernement du Québec a récemment signé un projet pilote avec Uber permettant à l'entreprise établie aux États-Unis d'offrir ses services dans la province sous de strictes conditions.

Les entreprises de taxi avaient tenté en vain d'obtenir une injonction contre le projet pilote avec le gouvernement devant les tribunaux.

Me Cloutier a rappelé qu'en plus de l'action collective, le secteur du taxi souhaitait toujours faire déclarer illégal l'accord entre Québec et Uber. La cause doit être entendue sur le fond en mars.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine