Les propriétés des missionnaires du Sacré-Cœur, sur la rue Sainte-Ursule dans le Vieux-Québec, sont en voie d'être vendues à un promoteur. Le Sanctuaire de Notre-Dame du Sacré-Cœur, une chapelle construite au début du XXe siècle, fera partie de la vente.

Un texte de Maxime Corneau

C'est la société immobilière Cromwell Management qui négocie actuellement avec les pères missionnaires pour faire l'acquisition de plusieurs immeubles situés au 71-73 Saint-Ursule. Ces bâtiments, à l'exception de la chapelle, seront convertis en projet immobilier.

Cromwell Management est présidée par Georges Grantcheff, un homme d'affaires de Montréal. La société immobilière est bien connue à Québec pour le développement d'une tour d'habitation sur  la rue de la Couronne dans le quartier Saint-Roch, la Tour Fresk. 

Lors d'une conversation téléphonique, Jean Morency, le gestionnaire des actifs de Québec pour Cromwell, a confirmé que la transaction était sur le point d'être conclue, que les parties confirmaient « les derniers détails ».

Jean Morency a affirmé que la chapelle demeurera intacte. « Elle sera conservée dans son intégralité », a-t-il assuré. Une fois la vente conclue, la chapelle sera fermée au public et aux touristes.

Le promoteur souhaite développer une dizaine d'appartements locatifs dans les bâtiments existants, parlant de logements d'« exception ». Jean Morency s'est voulu rassurant, le projet selon lui, respectera le caractère du quartier du Vieux-Québec. Il explique qu'aucun changement de zonage ne sera demandé dans le cadre du projet.

La chapelle a été inaugurée en 1910. Les murs de l'église sont recouverts de 930 plaques de marbres. Plusieurs de ses plaques portent le nom de personnes qui ont financé la construction de l'édifice.

En vente depuis longtemps

Déjà en 2010, un document de la Ville de Québec traitant des propriétés religieuses sur son territoire notait que les bâtiments du 71-73 de la rue Sainte-Ursule étaient en vente.

Le supérieur de la communauté, le père Marc-André Gingras, a confirmé l'imminence de la transaction. Il dit avoir reçu l'assurance de l'acheteur que la chapelle demeurera dans son état actuel. « On est satisfait du fait que la chapelle va être gardée intacte », dit-il.

L'homme parle toutefois d'un « deuil » pour la petite communauté religieuse. Les sept missionnaires qui utilisaient toujours les résidences voisines à la chapelle seront relocalisés d'ici le mois de juillet dans un bâtiment appartenant aux Pères du Saint-Sacrement, sur le chemin Sainte-Foy.

« On est seulement sept pour garder la résidence. Ce n'est plus justifiable », explique-t-il pour justifier le choix de vendre.

Le président du Comité des citoyens du Vieux-Québec, Jean Rousseau, dit pour sa part être en faveur du projet de Cromwell Management, notamment parce qu'il créera des logements locatifs.

En entrevue devant la chapelle, il l'a présentée comme un joyau du Vieux-Québec qu'il faut absolument sauvegarder. « Préserver ces bâtiments-là, même si la vocation évolue, c'est extrêmement important », conclut Jean Rousseau.

La chapelle sera ouverte au public jusqu'au déménagement des pères, au mois de juillet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine