Retour

Une cuvée 2016 exceptionnelle prévue pour les vins du Québec

Les raisins ne sont pas encore dans les cuves, mais ceux qui les cultivent s'attendent à marquer la jeune histoire vinicole du Québec avec leur millésime 2016. Les vignerons de la province ont eu droit à des conditions météorologiques exceptionnelles tout au long de l'été.

Un texte d'Alexandre Duval

« Honnêtement, ça a été une saison de rêve », lance Louis Denault, propriétaire du Vignoble Ste-Pétronille, sur l'île d'Orléans. Le temps a été chaud et sec et les précipitations de pluie juste assez abondantes.

« On a passé proche, un moment donné, de manquer d'eau! C'est assez rare qu'on peut dire ça au Québec, mais on s'en est bien tiré. On a eu de belles petites pluies pendant la nuit », lance le producteur qui exploite son domaine depuis 2003.

Toutes les conditions sont donc réunies pour que le Vignoble Ste-Pétronille fasse ses vendanges de façon hâtive puisque les raisins sont presque arrivés à maturité.

Une bonne récolte généralisée

L'année 2012 avait marqué l'histoire vinicole du Québec, rappelle la journaliste spécialisée en vin, Karyne Duplessis-Picher. Les conditions météorologiques de 2016 s'y apparentent largement et ce, pour l'ensemble de la province, dit-elle.

« Si les températures ou les conditions continuent d'être aussi idéales, on devrait avoir un millésime exceptionnel », prédit la journaliste. « 2016, qu'on pourra déguster dès le printemps avec les rosés et tout ça, ce sera un millésime à retenir », dit-elle, ajoutant que la clémence de Dame Nature devra toutefois continuer d'être au rendez-vous.

« Les raisins sont bien dodus, ils sont très mous, la peau est plus fine [à mesure que] ça mûrit donc s'il y avait une grêle, ce serait catastrophique », illustre Louis Denault.

Heureusement pour lui, la météo du mois de septembre s'annonce chaude le jour, puis fraîche la nuit. Il s'agit de conditions gagnantes selon Bruno Fortin, copropriétaire du Domaine L'Ange Gardien.

« Les dernières années, le mois de septembre avait sauvé des saisons à plusieurs égards. Cette année, le mois de septembre va bonifier le bel été qu'on a et quand je regarde la fin de semaine qu'on a, c'est incroyable en ce début de septembre d'avoir des 24, 25 degrés. C'est très positif pour nous. »

Ce beau temps devrait notamment profiter aux vins rouges, puisque les raisins pourront encore gagner en sucre et perdre en acidité avant d'être récoltés, selon Karyne Duplessis-Picher.

« C'est toujours plus un défi d'avoir des vins rouges pas trop acides au Québec. Là, en ce moment, on peut prévoir un millésime 2016 avec des rouges encore meilleurs qu'à l'habitude, moins acides, donc un meilleur équilibre. »

Plus d'articles

Commentaires