Retour

Une deuxième chance inespérée pour Jean-Philippe Maranda

Qualifié en haltérophilie pour les Jeux olympiques de Pékin, Jean-Philippe Maranda a vu son rêve être brisé par un grave accident de la route en 2007. Neuf ans plus tard, c'est en para-athlétisme qu'il aura la chance de représenter son pays à Rio.

Un texte d'Alexandre Couture

En 2007, le spécialiste de l'épaulé-jeté était parmi les haltérophiles les plus prometteurs du Canada pour les Jeux de Pékin. Après une compétition à Sherbrooke, il devait se rendre à Montréal pour récupérer une bourse d'excellence.

Le temps d'une seconde, sa vie a basculé.

« Une chanson de Beethoven jouait depuis cinq minutes et j'étais tanné, se rappelle-t-il. Je me suis penché pour récupérer mon iPod dans mon sac et, en me tournant, j'ai donné un coup sur le volant. »

Sa voiture s'est retrouvée sur le terre-plein avant de faire plusieurs tonneaux. Il a été éjecté à plusieurs mètres.  « J'ai perdu connaissance. Et quand j'ai repris mes esprits, j'ai voulu me relever, mais je n'étais pas capable de rien faire. » 

« J'ai frappé un autre mur après mon accident »

Que ce soit par déni ou simplement par naïveté, le Beauceron n'a pas tout de suite réalisé la gravité de la situation. « La première semaine, je me disais que j'allais passer sous le bistouri et que je serais de retour à l'entraînement d'ici un mois, se souvient-il. Je n'avais pas conscience de ce qui se passait vraiment. »

Lorsque le médecin lui a donné l'heure juste après l'opération, soit qu'il allait rester paraplégique pour le reste de sa vie, Jean-Philippe a frappé un mur.

C'est finalement comme spectateur qu'il s'est rendu en Chine pour encourager ses coéquipiers, une manière pour lui de faire son deuil des Jeux. « Ça a été en quelque sorte une thérapie pour moi », explique-t-il.

Le chemin vers l'acceptation de son handicap lui a pris plusieurs années.  « Au bout de deux à trois ans, j'ai développé des habitudes de vie et je ne remarquais même plus ma condition, raconte le para-athlète de 30 ans. Je crois vraiment que les limites que nous avons, c'est celles qu'on se donne. » 

À la recherche d'une nouvelle passion

Comme la dynamophilie (discipline qui s'apparente à l'haltérophilie) n'était pas idéale pour lui en raison de sa morphologie, il s'est tourné vers le para-athlétisme. Il a commencé à s'entraîner plus assidûment après les Jeux olympiques de Londres qu'il a regardés de son salon. « C'est à ce moment que je me suis dit : "J'embarque." »

Son premier entraîneur, le légendaire Jean Laroche de l'Université de Sherbrooke, l'a aidé à développer ses techniques de course en fauteuil roulant. Jean-Philippe a obtenu ses premiers bons résultats en 2013 et a ensuite poursuivi sa progression avec le Saskatchewanais Rick Reelie.

En 2015, aux Jeux parapanaméricains de Toronto, il a gagné la médaille de bronze au 100 m masculin T53* et a terminé 4e au 400 m, à moins d'une seconde du podium. Quelques semaines plus tard, il a participé à sa première finale aux Championnats du monde et a terminé 6e au 200 m.

À Rio, Jean-Philippe ne se fixe pas d'objectifs précis. « J'aimerais bien me classer pour toutes les finales et terminer mon 400 m sous les 50 secondes », poursuit-il.

L'athlète de 29 ans qui réside maintenant à Sherbrooke aura la chance de concourir aux 100, 400, 800 et 4 x 400 m.

Mais pour celui qui croyait sa vie terminée après son accident en 2007, sa seule présence aux Jeux paralympiques de Rio aura le goût de victoire.

Force est d'admettre que Jean-Philippe a pris les mots de son enseignante à la lettre. Lorsqu'il entrera dans le mythique stade Maracana pour la cérémonie d'ouverture des 25es Jeux paralympiques, il pourra dire mission accomplie. 

Explication des catégories de course en fauteuil roulant (T51 à T54)

La catégorie 51 désigne le niveau de handicap le plus lourd (peu ou pas de mouvement des jambes et du torse, problèmes d'équilibre sévères, ainsi qu'un handicap aux mains ou aux bras), et 54, le moins lourd (pas de handicap aux bras).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Concours!



Rabais de la semaine