Retour

Une « injustice » menace le transport en commun à Lévis

La Société de transports de Lévis (STLévis) accumule les déficits et peine à maintenir le niveau de service actuel depuis qu'elle n'a plus accès au montant compensatoire pour les frais d'immatriculations payés en trop par les citoyens.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

Les automobilistes de Lévis payent chaque année un montant de 30$ lors du renouvellement de leur immatriculation pour le développement du transport en commun.

Or, la Ville de Lévis récupère seulement la moitié de cette somme versée au Fonds des contributions des automobilistes au transport en commun. L’autre moitié est versée au Réseau de transport de la Capitale (RTC).

« Ça crée un trou quand même incroyable au niveau du transport collectif de 1,3 million de dollars de perte annuelle à la Société de transport à Lévis », dénonce le maire Gilles Lehouillier.

Reconnaissant les besoins de Lévis, le gouvernement du Québec avait accepté en 2009 de verser à la Ville un montant compensatoire d’un million de dollars par année. Cette aide financière s’est toutefois interrompue en 2015.

« On ne comprend pas pourquoi. L’iniquité était admise », se questionne le maire.

Une priorité pour 2018

Gilles Lehouillier prévient qu’il ne pourra développer son transport en commun si « cette iniquité » persiste.

« La Société de transport de Lévis accumule des déficits. Notre vérificateur général est venu nous dire : “Vous ne pouvez pas faire de déficit alors organisez-vous pour ne pas en faire” », explique-t-il.

Le manque à gagner de la STLévis s’élève maintenant à près de 3 millions de dollars.

« Nous, on avait espoir de récupérer ces montants de façon rétroactive. On ne les a pas eus. Ça va nous poser problème. C’est certain que ça va jouer sur le service. »

Rencontre

Gilles Lehouillier veut que ce dossier se règle au cours de l’année. Il ne comprend pas pourquoi Lévis est « un des seuls grands pôles urbains, avec un transport en commun, traité de cette façon. »

« Nous allons entreprendre une offensive d’informations auprès de notre population sur cette injustice », prévient-il.

Une rencontre a été demandée avec le ministre des Transports.

Plus d'articles