Le Centre multiethnique de Québec a ouvert ses portes au public, samedi, pour faire découvrir la réalité des réfugiés qui mettent les pieds dans la capitale pour la première fois. À travers un parcours de quelques heures, les participants ont pris connaissance de l'ampleur du défi auquel sont confrontés les réfugiés.

« On se sent très certainement perdu et en mode survie; on doit faire confiance, on doit s'adapter, on est en mode résilience. »

C’est en ces mots que la directrice générale du Centre multiethnique de Québec, Dominique Lachance, décrit la réalité des réfugiés qui arrivent dans leur pays d’accueil.

Pour que l’immersion soit la plus réaliste possible, les participants étaient accompagnés d’une personne qui leur parlait dans une langue autre que le français. Tout ce qui leur était expliqué était ensuite traduit par un interprète.

« Il y a des personnes qui vont les prendre en charge, leur montrer leur chambre, leur montrer l'endroit où ils seront logés le temps de l'adaptation, l'endroit où ils vont manger », explique la directrice des Habitations du Centre multiethnique de Québec, Sandrine Viel.

Les moindres détails

Tous les aspects de la vie quotidienne y ont passé. De l’utilisation de la douche jusqu’à l’utilisation de la machine à laver, en passant par la manière d’abaisser la toile de la chambre à coucher, les participants ont reçu des explications sur les moindres détails de la vie quotidienne.

« Je trouve qu'il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup d'informations à assimiler, a constaté Louise Lévesque, l’une des quelque 50 personnes qui ont effectué le parcours. Ce doit être déstabilisant [d’arriver ici comme réfugié]. »

Comme l’explique Dominique Lachance, les réfugiés viennent souvent d’endroits où l’eau courante n’existe pas. Le simple fait que l’eau du robinet soit potable à Québec doit leur être expliqué afin qu’ils puissent s’adapter à leur nouvel environnement.

Au terme du parcours, Louise Lévesque s’est toutefois dite heureuse de voir les efforts qui sont déployés pour accueillir les nouveaux arrivants.

« Je suis très contente qu'il y ait un lieu commun pour accueillir, loger, nourrir les gens quand ils arrivent. Ça, je trouve ça très important », a-t-elle dit.

Une autre participante, Jeanine Deshaies, posait quant à elle un regard nouveau sur la situation des réfugiés. « J'ai visionné une vidéo avec Gilles Vigneault et il disait quand on accueille les autres, on accueille des humains, on accueille pareil à nous et parfois, c'est ça qui nous échappe. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine