Retour

Une nouvelle maison de répit pour des enfants lourdement handicapés

Les familles avec un enfant de 12 à 21 ans qui vit avec un lourd handicap auront bientôt accès à une nouvelle maison de répit, une première à Québec. Un père de famille a fait don du lieu.

« À Québec, il y a un grand manque de ressources dans ce créneau-là ».

Ces mots sont ceux d'Éric Boucher dont l'enfant de 10 ans vit avec un handicap et fréquente la Maison des Petites Lucioles, un lieu de répit pour les enfants âgés entre 0 à 12 ans.

Ce père de famille se dit inquiet pour l'avenir de son enfant Thomas, qui présente une déficience intellectuelle.

M. Boucher, qui est également entrepreneur, a offert un montant couvrant l'achat d'une résidence et des travaux d'aménagement.

Une deuxième maison de répit verra donc le jour, mais pour les enfants de 12 à 21 ans.

« Si je peux rejoindre des parents qui vivent dans ma situation, j'en suis très heureux et en même temps je laisse un héritage à mon fils », explique l'entrepreneur.

L'organisme la Maison des Petites Lucioles vient tout juste d'acquérir la deuxième maison située dans le quartier Limoilou, près de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus.

La maison pourra accueillir jusqu'à dix personnes et sera dotée d'une salle de stimulation et d'une salle de séjour.

La directrice de l'organisme se disait très préoccupée pour l'avenir des enfants.

« Nous les services, c'est pour les 0-12 ans, c'est une question de mixité de clientèle. On ne pouvait pas avoir de grands adultes avec des enfants », explique Nicole Ouellet.

Elle estime que la nouvelle maison de répit viendra combler un besoin important.

« En plus avec les 12-21 ans, il y avait un trou de service, après 12 ans je fais quoi », se questionne-t-elle.

Répit pour les parents

L'organisme offre plusieurs activités qui stimulent les enfants, comme l'apprentissage au bricolage ou des jeux d'apprentissage.

Éric Boucher a mesuré tous les progrès chez son enfant depuis qu'il fréquente la maison.

Il estime que le service fait toute une différence dans le quotidien des parents.

« Ça aide les enfants à suivre les consignes, à faire des choses structurées. Je sens qu'il avance à son pas, dans son développement, dans son autonomie », observe-t-il.

La nouvelle maison doit ouvrir ses portes à l'automne 2018.

Plus d'articles