Une policière de la Sûreté du Québec, Marie-Pierre Tremblay, a plaidé coupable à des accusations de trafic de stupéfiants, d'abus de confiance et d'entrave.

Marie-Pierre Tremblay, originaire d'Alma, a été arrêtée en juin 2013 alors qu'elle était membre de l'escouade spécialisée en filature à Québec.

Les enquêtes internes de la SQ se sont penchées sur son cas après avoir constaté qu'elle avait utilisé le système informatique du Centre de renseignements policiers du Québec.

La policière avait fait des vérifications sur son nouvel amoureux, un homme qui faisait l'objet d'une enquête pour trafic de stupéfiants.

Rapidement, les enquêteurs ont découvert que cet homme, Kevin Harvey-Maltais, recevait de l'information de la policière. Il a depuis plaidé coupable et purge une peine de trois ans et demi de prison.

Peine en février

Marie-Pierre Tremblay demeure en liberté en attendant son audience pour la détermination de la peine en février prochain.

Le procureur de la Couronne, Guillaume Michaud, estime que la profession de Marie-Pierre Tremblay pourrait alourdir la peine. « Le juge devra tenir compte que madame était policière pour la Sûreté du Québec. Abus de confiance, c'est une accusation qui est très grave au dossier », a-t-il dit.

Guillaume Michaud a aussi rappelé que « la peine maximale pour entrave est de 10 ans » et que pour les accusations de trafic de stupéfiants, l'emprisonnement dans la collectivité est exclu.

Marie-Pierre Tremblay est suspendue avec demi-solde depuis le début du processus judiciaire entamé il y a plus de deux ans.

La direction de la SQ va revoir son statut maintenant qu'elle a plaidé coupable.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine