Retour

Une première année réussie pour le dôme du Stade Canac

Alors que les travailleurs s'affairent depuis lundi à démonter le dôme du Stade Canac, les gestionnaires de la structure font un bilan positif de sa première année d'utilisation.

Un texte de Jean-Philippe Martin

D’abord conçu pour permettre aux joueurs de baseball des programmes sport-études de la région de s’entraîner en saison hivernale, le dôme a aussi été fréquenté par des équipes sportives du grand public.

Selon Jean-Philippe Roy, directeur général de Complexe baseball Victoria (CBV), le taux d’occupation de l'infrastructure, en opération depuis la mi-octobre, est de 75 à 80%.

« Que ce soit les jeunes du sport-études, des vieux de la ligue de balle-molle, des joueurs de soccer ou de frisbee. Que ce soit complet à presque capacité, pour une première année, c’est exceptionnel. »

CBV prévoit d’ailleurs qu’elle devra remplacer le tapis synthétique plus tôt que prévu.

« On est déjà en train de mettre de l’argent de côté pour renouveler le [terrain] synthétique. Il va tellement avoir été utilisé. Habituellement, c’est bon pendant 8 à 12 ans. Le nôtre, ce sera plus 6 à 8 ans. »

Unique au Québec, le concept du dôme du Stade Canac pourrait être reproduit ailleurs à travers la province et même aux États-Unis.

Au cours des derniers mois, des écoles, des cégeps et des villes américaines sont venus visiter les installations pour s’en inspirer.

« Je sais que [Baseball Québec] veut implanter le même concept que le nôtre à Montréal », a précisé Jean-Philippe Roy.

Un hiver difficile

Les responsables du projet faisaient face à beaucoup d’inconnus lorsqu’ils ont installé l’imposante structure.

La gestion de la neige a été un grand défi. Celle-ci doit être enlevée régulièrement à la base du dôme pour empêcher l’accumulation et ainsi créer une pression sur la paroi qui pourrait faire dégonfler la bulle.

« La première grosse tempête de l’année, c’était incroyable. On s’est fait avoir et on a pelleté jusqu’aux petites heures du matin, toute la gang ensemble. Là, on a pris un contrat de déneigement. On a eu un hiver assez difficile, mais au final tout s’est bien déroulé. »

Du soleil pour ranger la toile

Le camp d'entraînement des Capitales de Québec doit commencer lundi.

Mais les joueurs pourraient devoir patienter une journée ou deux avant de sauter sur le terrain du stade Canac.

Il faut au moins deux journées de beau temps pour permettre d'assécher la toile du dôme avant de la remiser.

Or, on prévoit pour l'instant des averses dispersées jusqu'à dimanche.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine