Retour

Une première usine de cannabis annoncée dans la région de Québec

PRIMEUR - L'entreprise Exflora compte s'établir à Lévis pour y produire huit millions de grammes de cannabis par année. Il ne manque plus que le feu vert de Santé Canada pour amorcer la construction du bâtiment, qui sera situé sur la rue du Ferblantier, dans le parc industriel du secteur Pintendre.

Un texte de Jonathan Lavoie avec la collaboration de Léa Beauchesne

« Exflora, c'est la première usine de production de cannabis qui va s'établir dans la région de Québec, donc on est vraiment fier. On va produire du cannabis thérapeutique pour soulager les gens et on va créer de l'emploi à Lévis », raconte Dany Leclerc, président de l'entreprise.

L'homme d'affaires explique que l'agence fédérale a tous les documents en main et procède en ce moment à l'examen approfondi du dossier.

Les dossiers personnels des principaux dirigeants d'Exflora doivent notamment passer par le processus de filtrage de sécurité du gouvernement fédéral.

Pas de cannabis récréatif

La valeur du projet est estimée à 18 millions de dollars et devrait permettre de créer entre 20 et 30 emplois. Dany Leclerc a même déjà un projet d'agrandissement dans les cartons.

« Les retombées vont être incroyables au niveau des taxes, des employés et au niveau de l'implication d'Exflora à Lévis », assure le dirigeant de l'entreprise.

Pas question toutefois pour l'instant de se lancer dans la production de cannabis récréatif, même si cet usage sera légalisé au pays en juillet 2018.

Le montage financier du projet n'est pas encore tout à fait complété. Dany Leclerc indique que des discussions sont en cours avec plusieurs investisseurs potentiels de la région de Québec.

L'homme d'affaires n'en est pas à son premier projet d'entrepreneuriat. Il est aussi le fondateur de SansZo, une entreprise qui commercialise des nettoyants pour véhicules qui ne nécessitent pas d'eau.

Peu d'impacts

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, était « très fier » d'annoncer l'arrivée d'Exflora dans la région. Il tient cependant à rassurer les résidents du secteur Pintendre sur les impacts d'une telle production pour le voisinage.

« Il n'y aura pas de production extérieure en sol, toute la production est faite à l'intérieur. Il y a un contrôle des odeurs et des émanations, c'est très exigeant en termes de normes », explique le maire.

Gilles Lehouillier rappelle également que la vente du terrain, pour la somme de 66 000 $, est conditionnelle à ce que l'entreprise obtienne son permis de Santé Canada.

Plus d'articles