Retour

Une sortie de route qui coûte cher à un trafiquant

Un homme de Québec interpellé lors d'une sortie de route, prend finalement le chemin de la prison. Pascal Caron est condamné à 3 ans de pénitencier après avoir plaidé coupable à des accusations de possession d'arme et de drogue en vue d'en faire le trafic.

Un texte de Yannick Bergeron

Le 26 février 2013, l'homme de 35 ans roulait sur l'autoroute 20 lorsqu'il a fait une embardée à la hauteur de Laurier-Station.

Les policiers arrivés sur les lieux ont décelé une odeur d'alcool et l'ont conduit au poste pour le soumettre à l'ivressomètre. Ils ont alors découvert un revolver de calibre .32 chargé dans une de ses bottes.

Cette trouvaille a amené les agents à perquisitionner son véhicule, dans lequel se trouvait plus d'un kilo et demi de marijuana et haschich, emballé sous vide, prêt à la revente évalué à plus de 10 000 $.

Son échantillon d'haleine a toutefois révélé qu'il respectait la limite permise pour conduire.

« Loufoques et farfelues »

Le juge Jean Asselin a qualifié de « loufoques et farfelues » les explications de Pascal Caron pour justifier la possession d'une arme prohibée.

Le trafiquant a expliqué aux policiers qu'il avait reçu l'arme d'un ami pour se protéger « des voyous de Limoilou ».

Le juge a condamné l'accusé à 36 mois de détention, soit deux ans de moins que les cinq années réclamées par la Couronne.

Il devra également purger 6 mois de prison supplémentaires pour avoir manqué à ses conditions de remise en liberté après sa mise en accusation.

Pascal Caron avait déjà des antécédents en matière de stupéfiants.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine