Des citoyens de Cap-Rouge sont excédés par la construction d'une tour à condos neufs dans leur cour. Non seulement les résidents du secteur s'inquiètent-ils pour leur sécurité, mais ils craignent également de ne plus bénéficier d'une qualité de vie digne d'un quartier autrefois paisible.

Un texte d'Alain Rochefort

Le projet Charles-Félix s’est amorcé en novembre 2016, à l’intersection des rues Saint-Félix et des Maires Lessard. Il propose 65 condominiums « de qualité supérieure » répartis sur sept étages.

Plus le projet prend forme, plus il dérange le voisinage.

Une partie du terrain de Manon Bolduc a été endommagée lors des travaux de construction.

« Ma haie de cèdres a été détruite sans permission. J'avais 94 pieds de haie de cèdres. Mon terrain a été grugé, comme vous pouvez le constater, sur toute la longueur. J'ai même le stationnement et l'interbloc qui a été affecté par la construction », dénonce-t-elle.

Représentations

Mme Bolduc et d’autres citoyens ont multiplié les représentations auprès des instances de la Ville de Québec pour faire diminuer le nombre d'étages. Malgré un avis favorable à leurs demandes de la part du conseil de quartier en 2014, le projet a néanmoins été accepté à 20 mètres.

« On disait que c'était résidentiel, on disait qu'il n'y avait pas de trottoirs, c'est une petite rue. On avait réussi à démontrer que c'était un projet trop gros. Le conseil de quartier était favorable, mais ça n’a pas été écouté. »Nicolas Lessard partage l’avis de sa voisine. Il considère que le projet a été mal expliqué à la base. Il est beaucoup trop gros pour cette petite rue, insiste-t-il.

« La distance [de la tour] est trop proche des résidences déjà construites. Il y aura un stationnement sous-terrain avec une sortie pour 65 logements, juste en face de chez moi. Je ne laisserai plus jamais mon enfant faire du vélo sans ma supervision. C’est une perte de jouissance de la vie », se plaint-il.

Le va-et-vient est ce qui dérange le plus Pierre Gagnon, résident de la rue des Maires Lessard.

« Des travailleurs, des entrepreneurs viennent se stationner sur la rue, ce qui fait qu’on n’a même plus de place pour se stationner. C’est aussi devenu hasardeux de circuler. [Plus le projet prend forme], plus on voit les problématiques qui vont avec ».

Rémy Normand défend le projet

Interpellé à ce sujet, le président de l’arrondissement Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, Rémy Normand, estime pour sa part qu’il s’agit du meilleur compromis entre le zonage existant et le projet initial présenté par le promoteur.

« On ne pouvait pas aller plus bas que 20 mètres, malgré les représentations qui nous ont été faites parce que ça aurait rendu les deux autres édifices [à condos] tout près dérogatoires. […] En termes d’impact sur la circulation, ce sera mineur. Quant au chantier, par définition, un chantier ça crée des inconvénients », dit-il.

Le promoteur, Guy St-Gelais de Développement Beaubourg, n’a pour sa part pas souhaité émettre de commentaire.

Avec les informations de Camille Simard

Plus d'articles

Commentaires