Retour

Une « verrue » contaminée au coeur du Vieux-Québec transformée en parc 

La Ville de Québec souhaite transformer le terrain vacant situé en contrebas du parc Cavalier-du-Moulin, dans le Vieux-Québec, en un immense parc. L'idée d'un jardin communautaire se retrouve notamment dans les cartons de la Ville.

Un reportage de Maxime Corneau

Le sujet a fait irruption, lundi soir, lors de la dernière séance du conseil municipal. Un citoyen, Pierre Landry, a déploré que le terrain vacant, accessible par la rue Saint-Louis et l'avenue Sainte-Geneviève, est à l'abandon « depuis au moins 15 ans ».

« Un terrain à l'abandon comme ça, ça fait mal paraître l'ensemble du Vieux-Québec », a dénoncé M. Landry.

La vice-présidente du conseil exécutif, Julie Lemieux, s'est empressée de donner raison au citoyen. Elle a décrit ce terrain de près de 6000m2 comme « une verrue » pour le quartier. L'espace laissé vacant, actuellement clôturé, se nomme le parc du Corps-de-Garde.

Une location, pas d'achat

Ce terrain, évalué par la Ville à 1,8 million de dollars, est la propriété du gouvernement fédéral. Il accueillait un ancien hôpital militaire qui a été par la suite transformé en centre de recherche aujourd'hui démoli. Il ne reste au sol que les vestiges de la fondation du bâtiment.

Contaminé par de nombreux métaux lourds et des substances chimiques, le terrain a été décontaminé minimalement en 2015 selon Julie Lemieux, assez pour le développement d'un parc, mais pas suffisamment pour atteindre les normes d'un projet résidentiel.

Julie Lemieux confirme que la Ville de Québec est actuellement en pourparlers avec le gouvernement fédéral pour louer le terrain afin d'y créer un parc. « C'est un endroit stratégique dans le Vieux-Québec qui pourrait devenir un poumon vert plutôt que pratiquement une zone sinistrée », explique la conseillère municipale.

Parc ou jardin communautaire?

Julie Lemieux souligne que l'idée d'un jardin communautaire est aussi évaluée pour le futur développement. La Ville souhaite toutefois consulter les résidents du secteur pour sonder leurs aspirations relativement à la future vocation du site.

Du côté de la Commission de la capitale nationale du Québec, gestionnaire du parc du Cavalier-du-Moulin voisin, la porte-parole Anne-Marie Gauthier salue l'initiative de la Ville.

Elle explique que le parc Cavalier-du-Moulin est « un secret trop bien gardé dans le Vieux-Québec », et que de voir un projet se réaliser sur le terrain adjacent permettrait de le faire connaître davantage.

Julie Lemieux croit que le projet devrait se concrétiser d'ici 2018 après une phase de consultation. L'option de l'achat du terrain serait écartée soutient Mme Lemieux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine