Retour

Une vigile pour la libération des manifestants anti-G7 arrêtés

Le G7 est terminé à La Malbaie mais au moins huit manifestants arrêtés lors des manifestations anti-G7, eux, sont toujours détenus à Québec. Une situation dénoncée par une trentaine de citoyens réunis dimanche, devant la centrale de police du parc Victoria.

Les militants jugent que les manifestants ont été la cible d’une « campagne de peur » qui visait à « empêcher les manifestations ». Ils ont brandi une bannière réclamant « le droit de manifester à Québec ».

Selon eux, la détention de 8 des 13 personnes arrêtés pendant tout le week-end s’ajoute aux autres formes de répression policière.

« On avait mis l’ensemble de la machine pour que les gens arrêtés puissent être libérés : les palais de justice étaient vidés, les cours municipales étaient prêtes. Pourquoi ça prend autant de temps avant de libérer les gens? Je pense qu’il y a matière à parler de répression », souligne la militante anti-G7 Marie-Ève Duchesne.

Les organismes Amnistie internationale et la Ligue des droits et libertés dénoncent aussi la forte présence policière les détentions prolongées.

Plus d'articles