Retour

Une zone de guerre simulée à l'aéroport de Québec

Environ 170 militaires de Valcartier, Bagotville et Trenton, en Ontario, ont simulé vendredi matin l'évacuation de blessés en zone de guerre, à l'aéroport de international Jean-Lesage.

Des ambulanciers militaires, des médecins et plusieurs autres corps de métiers ont participé à la simulation organisée par les Forces armées canadiennes.

Des militaires devaient évacuer le plus rapidement possible 11 soldats blessés. Les blessures fictives étaient celles que l'on retrouve normalement en mission sur le champ de bataille.

« Le patient que j'avais avait une blessure par balle au niveau du cou. Un deuxième au niveau des poumons », raconte la soldate Vicky Fiset-Laflamme.

Les blessés étaient transportés en ambulance de la base militaire de Valcartier jusqu'à l'aéroport Jean-Lesage, avant d'être évacués par avion.

« Il peut y avoir des blessures par balle, simulées bien sûr, des blessures par explosion, des amputations partielles, des fractures ouvertes, des blessures à la poitrine », énumère le médecin-chef de la base militaire de Valcartier, Alain Miclette.

Les blessés ont été placés à bord d'un avion Hercule et transportés jusqu'à l'hôpital militaire de Bagotville, afin d'évaluer la capacité de recevoir et de traiter des patients.

« On s'entend, on n’est pas déployés tous les jours, toutes les années. Si on ne faisait pas d'exercice, ça serait plus difficile de rester à jour. Avec ces scénarios, on réussit à recréer des blessures assez réelles », soutient le caporal-chef Pierre-René Ferland.

Un exercice aussi complet, impliquant autant d'unités différentes, n'avait pas été organisé depuis plus de 10 ans à Québec.

Avec les informations de Jean-François Nadeau

Plus d'articles

Commentaires