Retour

Vacanciers et insulaires coincés à L'Isle-aux-Grues

Vacanciers et résidents de l'Île aux Grues ne peuvent plus rejoindre la rive sud du Saint-Laurent par traversier depuis dimanche soir en raison d'un bris au débarcadère de Montmagny. Cette situation exceptionnelle change les plans de dizaines de personnes.

Un service aérien est offert gratuitement aux habitants de l’île et aux vacanciers. Lundi matin, l'avion d’une capacité de huit places d'Air Montmagny affichait complet pour une dizaine de vols.

Il s’agit d’un week-end de l’Action de grâce inattendu pour Jean Gosselin, propriétaire de la compagnie aérienne. Il s’attend à transporter une centaine de personnes lundi.

Pour les personnes qui veulent sortir de l'île avec leur voiture, la Société des traversiers du Québec (STQ) offre jusqu'à mercredi une seule traversée le matin, à 8 h, de l'île aux Grues jusqu'à Québec. Le trajet est d’une durée de 3 h 30.

« Le départ du service d’appoint prévu ce matin à 8 h a bel et bien eu lieu avec à bord 23 véhicules, ce qui est la capacité maximale du Grue-des-Îles, et 60 passagers. On parle, depuis l’incident, d’environ 60 à 75 véhicules et leurs passagers qui souhaiteraient quitter l’île », précise la porte-parole de la STQ, Maryse Brodeur.

La STQ a également obtenu l’autorisation de Transports Canada pour effectuer un voyage spécial entre l’Isle aux Grues et Québec mardi matin avec le NM Radisson. Celui-ci a une capacité de 40 véhicules.

Désagréments

Les désagréments vécus par les insulaires pourraient perdurer quelques jours, le temps de réparer la pièce défectueuse du débarcadère de Montmagny.

La mairesse de la municipalité de L’Isle-aux-Grues, Lisette Painchaud, admet que le bris entraîne bien des désagréments en ce long congé de l’Action de grâce, alors que les visiteurs sont nombreux.

« Il y a de la parenté, c’est bien sûr, qui est venue pour les trois jours. Puis […] on a des chasseurs qui viennent d’un peu partout à travers la province qui sont pris ici avec leur auto. Ce ne sont pas des situations qui sont faciles à vivre », mentionne-t-elle.

La propriétaire de l’Auberge des Dunes, Johanne Vézina, affirme pour sa part avoir reçu quatre réservations de dernière minute dimanche. Pour ce soir, elle a eu deux réservations supplémentaires.

Des résidents de L’Isle-aux-Grues comme Éric Lavoie tentent toutefois de prendre la chose avec philosophie.

« C’est ça la vie sur une île. Il y a toujours des imprévus. Quand ce n’est pas la mauvaise température, ce sont des affaires comme ça : des bris mécaniques ».

Avec les informations de Stéphanie Tremblay et Pascale Lacombe

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine