Les directions d'écoles demeurent aux aguets au lendemain de la vague de menaces contre plusieurs établissements du Québec et de l'Ontario. Le ministère de l'Éducation a avisé les directions d'établissements des comportements suspects à surveiller et des courriels à repérer.

Le ministère a également mis sur pied une vigie, qui a duré toute la nuit dernière, afin de relever tous les courriels reçus qui pourraient s'avérer suspects.

Les établissements doivent évaluer chaque situation en collaboration avec les services de police.

Quelque 80 établissements de la province ont été visés par la menace, dont 73 ont été fouillés par la Sûreté du Québec (SQ) ou par des corps policiers municipaux sans qu'aucun colis ou objet suspect ne soit retrouvé.

« Dans certains établissements, les fouilles n'ont pas été effectuées parce qu'on estimait que le niveau de dangerosité n'était pas atteint ou que la menace n'était pas réelle », a déclaré le ministre de la Sécurité publique par intérim, Pierre Moreau, en entrevue à ICI Radio-Canada Première.

Les cours ont repris comme prévu dans les établissements scolaires ce matin. C'est notamment le cas au Cégep de Lévis-Lauzon dont les 3000 étudiants avaient été évacués mardi après-midi. 

« Un acte de terrorisme »

La Sûreté du Québec et la Gendarmerie Royale du Canada se penchent sur le dossier afin de retrouver l'auteur du courriel de menaces envoyé aux écoles dans la nuit de lundi à mardi. La SQ a mis sur pied un poste de commandement multidisciplinaire - unités tactiques et direction des enquêtes criminelles - pour diriger les opérations.

L'auteur du courriel se revendique membre d'un collectif « qui agirait en représailles aux actions des enseignants », a indiqué mardi le ministre de la Sécurité publique par intérim, Pierre Moreau.

Le ministre Moreau a qualifié la menace lancée contre les écoles de la province d'acte de terrorisme. « Le niveau d'alerte, le geste, la menace qui est posée, l'importance aussi du dérangement social qui est causé dans l'intention d'alerter une population, alors ça peut répondre en terme juridique à un acte d'accusation [...] qui correspond à du terrorisme », a expliqué M. Moreau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine