Retour

Véhicules électriques : le Québec en voie de rater sa cible?

Sans un rehaussement important de l'aide financière accordée pour l'achat de véhicules entièrement électriques (VEE) et hybrides rechargeables (VHR), le gouvernement du Québec n'atteindra pas la cible qu'il s'est fixée pour 2020, croient des observateurs.

Un texte d'Alexandre Duval

« Les incitatifs actuels ne sont pas à la hauteur pour continuer la progression », croit le vice-président de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), Richard Lemelin.

Actuellement, l’AVEQ avance qu’un peu plus de 13 000 VEE et VHR sont en circulation sur les routes du Québec. De ce nombre, un peu plus de 11 700 ont été financés par le programme Roulez électrique, qui offre des rabais pouvant aller jusqu’à 8000 $.

Ce bilan paraît bien maigre lorsqu'on le compare avec la cible que le gouvernement s’était fixée lors du lancement du programme en 2012 : avoir 100 000 VEE et VHR sur ses routes d’ici 2020.

Pour atteindre cet objectif, environ 87 000 VEE et VHR supplémentaires devraient donc être vendus au Québec au cours des quatre prochaines années.

« Il y a vraiment une marche à monter […] À l’Association [des véhicules électriques du Québec], on pense que les 8000 $ ne sont plus suffisants », lance Richard Lemelin.

Ce dernier croit que le Québec n’a pas besoin de regarder bien loin pour trouver de l’inspiration.

Suivre l'exemple de l'Ontario

Il cite en exemple le nouveau Programme d’encouragement pour les véhicules électriques lancé en Ontario plus tôt cette année. L’aide financière va jusqu’à 12 000 $ pour un VEE comme la Nissan Leaf et jusqu’à 14 000 $ pour la Chevrolet Bolt.

Il faut que le programme [Roulez électrique] soit bonifié, à tout le moins comme en Ontario, sinon plus.

Richard Lemelin, vice-président de l'Association des véhicules électriques du Québec

Chez le concessionnaire Nissan Sainte-Foy, à Québec, on est du même avis. « Il faudrait que le gouvernement du Québec suive. Il manque quelque chose », croit Dany D’Anjou, vendeur et conseiller pour les véhicules électriques.

À son avis, le rabais maximal de 8000 $ a donné un véritable coup de pouce à plusieurs acheteurs qui hésitaient à faire le saut, mais il ne suffira pas à en convaincre des dizaines de milliers d’autres.

Dany D’Anjou croit que le moment est idéal pour rehausser le plafond d’aide parce que les voitures électriques offertes sur le marché, au cours des prochaines années, seront de plus en plus performantes.

Les batteries s’en viennent avec des autonomies plus élevées : 300 kilomètres et plus. Ça va éveiller un gros marché d’acheteurs.

Dany D'Anjou, vendeur et conseiller pour les véhicules électriques chez Nissan Sainte-Foy

Le ministre ouvert

Le cabinet du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, ne ferme pas la porte à une bonification du programme Roulez électrique.

« Nous sommes à évaluer le cadre normatif du programme Roulez électrique en fonction de la cible à atteindre, des types de véhicules et des nouvelles technologies dans ce domaine, de la catégorisation des aides financières possibles et des incitatifs nécessaires », indique l’attachée de presse du ministre, Véronique Normandin, dans un courriel.

D’ailleurs, s’il veut poursuivre le programme Roulez électrique, le gouvernement devra assurément y réinjecter d’importantes sommes, puisque l’enveloppe de 134 millions de dollars qui lui est consacrée a été utilisée à 75 % depuis 2012.

Au rythme où vont les choses, celle-ci pourrait être complètement épuisée l’an prochain.

Le cabinet du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles se dit « heureux de cet engouement » et ajoute qu’il s’est engagé « à ce que les sommes nécessaires soient disponibles, et elles le seront ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine