La maison Simons a le vent dans les voiles. Le détaillant québécois innove en important des vêtements français haut de gamme par voilier. L'initiative s'inscrit dans le virage vert de l'entreprise québécoise.

Un texte de Stéphanie Tremblay

La cargaison de vêtements est arrivée à bord du voilier Picton Castle le 28 juillet dernier au port de Québec. 

Le trois-mâts de 179 pieds, construit en 1928, est parti de La Rochelle le 4 juin et a effectué le voyage jusqu'à Québec en huit semaines, poussé par le vent. C'est un peu plus de temps que les cinq à six semaines prévues initialement, en raison des conditions climatiques. L'équipage a d'ailleurs dû utiliser un moteur pendant six jours en raison de l'absence de vents. Cette traversée a eu lieu pour le tournage d'une série documentaire sur la colonisation du Canada. 

Le débarquement de vêtements importés s'est fait lundi matin. Ce sont les voitures électriques de Téo Taxi, d'Alexandre Taillefer, qui ont pris le relais pour les acheminer à bon port.

Cette épopée sur mer est née grâce au partenariat avec le négociant transatlantique Port Franc. L'entreprise familiale établie à La Rochelle, Montréal et Porto Vecchio met en relation les consommateurs nord-américains et les artisans d'outre-Atlantique.

Approche carboneutre

Selon Philippe Normand, directeur marketing pour la maison Simons, l'approche carboneutre préconisée est un pas dans la bonne direction pour contrer la distribution à grande échelle dans l'industrie de la mode, qui en fait la deuxième plus grande source de pollution dans le monde.

Grâce à cette formule d'importation écologique, les consommateurs pourront mettre la main sur des collections exclusives françaises, comme la Charentaise, une pantoufle de laine vierge confectionnée depuis 1907 par Rondinaud, et les imperméables cirés conçus pour les professionnels de la mer de Guy Cotten.

D'autres visées transatlantiques

De son côté, Port Franc veut séduire d'autres entreprises québécoises pour acheminer des produits d'ici en Europe par voilier. Il semble que l'engouement pour la marchandise canadienne est très fort en ce moment.

Port Franc planifie déjà une deuxième traversée transatlantique en voilier pour la maison Simons cet automne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine