Retour

VIA Rail vante son train grande fréquence aux gens d'affaires de Québec

Le président et chef de la direction de VIA Rail Canada a fait un deuxième arrêt en moins d'un mois à Québec, mardi, pour présenter son projet de train grande fréquence (TFG) entre Windsor et Québec évalué à plus de 5 milliards de dollars.

Yves Desjardins-Siciliano s'est adressé aux membres de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec au Château Frontenac.

Avec l'implantation d'un TGF, le temps de parcours entre Québec et Montréal serait réduit du tiers. Le trajet prendrait 2 h 10 au lieu de 3 h 20, comme actuellement. Le nombre de trains quotidiens serait également triplé.

VIA Rail veut faire passer son train grande fréquence sur des voies qui ne sont plus utilisées et qui seraient réservées au nouveau service. Des voies ferrées ont déjà été ciblées entre Québec et Montréal notamment.

À elle seule, cette portion est évaluée à 1,25 milliard de dollars, a précisé le grand patron de VIA Rail.

Le TGF aura des locomotives hybrides (électrique et diesel). Le projet s'inscrit dans une stratégie de mobilité durable qui vise à réduire les gaz à effet de serre.

« Mon rôle est d'amener le plus rapidement possible un service qui améliore l'offre aux passagers de façon à ce que plus de monde choisisse de laisser leur voiture pour prendre le train. C'est un choix environnemental beaucoup plus sage, beaucoup plus efficace et productif », a plaidé M. Desjardins-Siciliano, qui ferme la porte pour l'instant à un train à grande vitesse.

Un projet salué

La Chambre de commerce et d'industrie du Québec croit que la réalisation d'un tel projet permettra d'attirer des touristes et des travailleurs.

« Ce qui est important pour la communauté d'affaire de Québec et même le tourisme, c'est d'avoir plus de gens qui peuvent rentrer à Québec plus facilement. C'est un enjeu, parce que ce n'est pas par le pont Pierre-Laporte qu'on va augmenter la fréquence, c'est par la mobilité des personnes dans le transport collectif », croit le président et chef de la direction Alain Aubut.

Une rencontre est prévue entre M.Desjardins-Siciliano et le maire de Québec, Régis Labeaume, dans les prochaines semaines.

En attendant la réalisation de ce projet, la société d'État annonce l'ajout de deux départs quotidiens directs entre Québec et Ottawa à compter du 1er juin.

Aide d'Ottawa

La direction de VIA Rail espère obtenir une aide d'Ottawa pour défrayer environ le quart de la facture du TGF. Le gouvernement fédéral a déjà annoncé dans son dernier budget le financement d'une étude sur le projet.

La société ferroviaire sollicitera également les régimes de retraite qui investissent en infrastructures.

La construction du train grande fréquence pourrait prendre de 3 à 5 ans.

Plus d'articles

Commentaires