Le rappeur originaire de Limoilou Webster, qui avait déjà dénoncé des propos tenus par des stations radio privées de Québec, leur demande de réfléchir à leur approche et aux paroles « qui contribuent au racisme et à l'exclusion à Québec ».

Sans faire un amalgame entre l’attentat de dimanche et le contenu de certaines radios privées, Webster estime que ces dernières ont tout de même un examen de conscience à faire.

« Est-ce que le jeune [l’auteur présumé de l’attentat] était influencé par ces discours ou pas? Je ne sais pas, mais je pense que cette radio a un examen de conscience à faire par rapport au type de propos qu'ils tiennent en ondes, qui influencent leurs auditeurs par rapport à la perspective qu’ils peuvent avoir de l’immigration, de l’islam. »

Le chanteur qualifie de grossiers et orduriers les propos que tiennent certains animateurs sur l’immigration, l’islam, les femmes ou la communauté LGBTQ, par exemple.

« Ils ne peuvent pas se désengager de tout ça, de tout ce qu’ils ont pu produire comme pensées xénophobes à Québec, je pense qu’ils doivent réfléchir profondément aux propos qu’ils tiennent en ondes, que ce soit par rapport aux minorités, à la diversité, aux religions. »

Même s’il affirme avoir déjà été victime de racisme à Québec, Webster estime qu’il y a un décalage entre les idées véhiculées et une réalité plus inclusive à Québec sur laquelle il faut continuer de travailler.

« Oui, il y a un certain racisme, une exclusion à Québec, mais il ne faut pas s’arrêter à ça. Il faut qu’on travaille ensemble et c’est ce que je trouve important en ce moment, à cause de ces événements innommables, il y a un grand sentiment de solidarité, partout au Québec, à travers les différentes communautés. »

Vidéo du Festival contre le racisme dans laquelle on entend les propos d'animateurs de radio

Festival contre le racisme

À l’aube du premier Festival contre le racisme de Québec, Webster espère que cette solidarité qui s’exprime après la tragédie au Centre culturel islamique de Québec se maintiendra dans le temps, pour continuer de bâtir une société plus inclusive.

Le Festival contre le racisme de Québec, qui se tiendra du 15 au 18 février, était déjà prévu en réaction à l'éclosion de racisme à Québec et de discours haineux entre autres après l'arrivée de réfugiés syriens.

Un concert-bénéfice au profit des familles victimes de la tuerie s’organise également. Byron Mikaloff, le chanteur et guitariste des Lost Fingers, est derrière cette initiative lancée mardi.

Ce soir par ailleurs, un concert qui lance le Mois de l'histoire des Noirs se tient au Cercle. Une vidéo du rappeur Webster sera présentée.

Plus d'articles