Retour

35 ans de coopération internationale pour le CSI du Saguenay-Lac-Saint-Jean


La coopération internationale a beaucoup évolué depuis que le Centre de solidarité internationale (CSI) du Saguenay-Lac-Saint-Jean a commencé à organiser des stages au Burkina Faso, il y a 35 ans.

Deux représentants du CSI d'Alma étaient les invités du Cercle de presse du Saguenay mercredi. L'un d'eux était Edgard Kambiré, originaire du Burkina Faso aujourd'hui à l'emploi du Carrefour jeunesse emploi du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Tout en assurant que les stages sont d'une grande utilité pour les communautés de son pays d'origine, il estime que leur réussite tient au fait qu'on a appris à écouter les gens sur place sans chercher à imposer une vision ou une façon de faire.

Selon Edgar Kambiré, il est certain que si un coopérant étranger veut imposer sa vision des choses dans son pays, il ne pourra réaliser son projet.

Stagiaires et coopération

Depuis 35 ans, des centaines de stagiaires se sont rendus au Burkina Faso pour y développer leur expertise tout en soutenant des projets de coopération.

Au CSI, on croit que ces stages ont permis d'aider les communautés et aussi de faire évoluer des mentalités, précise Véronique Fortin. « On a même parlé que ça pouvait faire réduire l'excision dans les communautés. Voir que là, il y a des places dans le monde où ça ne se fait pas comme ça. On a le choix, il y a des perceptions qui évoluent. »

Edgar Kambiré croit lui aussi que l'effet des stages est parfois rapide sur les communautés. Il a connu les stages ici et dans son pays natal. « Souvent les gens se disent que ça va prendre du temps avant que le changement ne soit vraiment un changement, mais non dans certains cas, le changement est immédiat ».

L'attentat en début d'année à Ouagadougou, la capitale du pays, qui a fait 30 morts, dont six Québécois, est venu rappeler que les bonnes intentions sont souvent rattrapées par la marche du monde. Mais même pour ça, le CSI est prêt assure Véronique Fortin.

« On est vraiment des experts là-dedans. Là on a parlé des attentats beaucoup. Mais il arrive aussi des petites choses. Des enjeux de sécurité, il y en a tout le temps », mentionne-t-elle.

Le Centre de solidarité internationale a ajouté le Sénégal au Burkina Faso et à l'Équateur à sa liste de stages.

Plus d'articles