Vos enfants seraient probablement ravis si on leur proposait des semaines de quatre jours d'école. Ce scénario est devenu réalité il y a deux ans au Séminaire de Chicoutimi, quand la direction a modifié le calendrier scolaire.

Un texte de Mélanie Patry

Au menu

Comment ça marche?

L'horaire a d'abord été expérimenté par un projet pilote. Il suscite beaucoup d'intérêt.

Tout en maintenant les 180 jours de classe exigés par le ministère de l'Éducation, l'établissement privé a déplacé, en conséquence, les 20 congés pédagogiques du calendrier scolaire tout au long de l'année. Résultat : en y ajoutant les jours fériés et les journées d'activités, les 460 élèves du Séminaire de Chicoutimi et leurs professeurs sont en classe quatre jours, trois semaines sur quatre. 

Après avoir analysé le projet, le ministère de l'Éducation a autorisé le Séminaire de Chicoutimi à aller de l'avant avec sa proposition d'horaire.

« On a envoyé notre projet-école au ministère et notre calendrier, explique la directrice générale du Séminaire de Chicoutimi, Bianca Tremblay.  Eux de leur côté, ils nous ont posé des questions sur les journées d'accueil, sur les journées d'activités, ils se sont assurés vraiment qu'on respectait les règles. »

Meilleure organisation du travail

Rapidement, les enseignants du Séminaire de Chicoutimi ont remarqué les avantages de cet horaire plus régulier. En éliminant les cours la majorité des vendredis,  ils dégagent du temps pour planifier leur travail, tenir des rencontres et faire des suivis avec les élèves. Les enseignants sont aussi mieux préparés, les fins des étapes scolaires sont ainsi moins épuisantes.

Un enseignant en français, Sylvain Dubois, constate aussi que le temps en classe avec ses élèves est plus efficace.

« L'enseignant qui a un cours théorique à donner le vendredi après-midi, habituellement, il n'est pas très heureux, explique-t-il.  Il risque d'avoir plus d'action, les jeunes sont fatigués. »

Depuis que les périodes de congés sont moins longues, le professeur de français mentionne qu'il y a également moins de révision de la matière enseignée à faire.

Plus de temps pour étudier

Cours de musique, de danse, de hockey, travail à temps partiel, l'agenda des adolescents est de plus en plus chargé. La récurrence des congés contribue à une meilleure conciliation entre les études, la famille, les amis et les activités. Bien des jeunes, comme Tomek et Laurence, estiment être moins à la course et moins fatigués.

Pour s'assurer que les journées libres soient bien utilisées, la direction du Séminaire de Chicoutimi a rencontré les parents afin de leur donner des trucs. Les professeurs ont aussi fait quelques recommandations aux élèves. 

Même s'il n'y a pas de cours à l'horaire, l'école demeure ouverte lors des journées pédagogiques. Les élèves sont invités à s'y rencontrer pour faire leurs travaux d'équipe. Ils peuvent aussi profiter des équipements scolaires comme l'auditorium, la bibliothèque et le gymnase.

Un modèle à implanter

Après deux ans d'essai, le nouvel horaire de quatre jours n'a pas eu d'incidence sur les résultats scolaires. Moins de stress, plus de temps, meilleur équilibre. Pour les élèves et les enseignants du Séminaire de Chicoutimi, il s'agit d'une formule gagnante. 

D'autres écoles pourraient adopter cet horaire. La direction a eu quelques demandes d'informations venant d'établissements privés qui aimeraient faire de même.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine