Retour

À un an des élections municipales : portrait de la situation au Lac-Saint-Jean

Les prochaines élections municipales auront lieu dans un an, mais dans les principales villes du Lac-Saint-Jean, rares sont ceux qui annoncent déjà leur intention de briguer le poste de premier magistrat.

Un texte de Mélissa Paradis

À ce jour, un seul candidat se lance officiellement dans la course et c'est le maire de Roberval, Guy Larouche.

« Pour mettre en place des choses, il faut avoir le temps d'être en mesure de travailler. Vous allez le voir par mon bilan que je vais faire bientôt, il y a eu énormément de réalisations. Par contre, j'ai encore des gros chantiers, des gros dossiers qui sont en cours », indique-t-il.

La partie est toutefois loin d'être gagnée. En coulisses, plusieurs s'activeraient pour trouver un candidat susceptible de battre Guy Larouche. Ton directif, manque de collaboration avec les conseillers, propos malencontreux à l'endroit de Mashteuiatsh; le maire ne fait pas l'unanimité.

L'ex-directeur général de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets est le candidat dont la réflexion est la plus avancée.

« Il faut vraiment prendre le temps de faire cette réflexion-là parce qu'on ne va pas s'asseoir là pour le plaisir d'aller s'asseoir sur une chaise d'élu. On va s'asseoir là parce qu'on a le goût que les choses bougent. On a le goût que les choses changent. Moi j'ai le goût de le faire avec la population et j'ai le goût de le faire également avec une bonne équipe », mentionne Serge Bergeron.

Chez l'ex-directeur général de Roberval, Jean-Guy Tardif, la porte n'est ni ouverte ni fermée. Constance Caron, une enseignante à la retraite, et Nancy Guillemette, une conseillère municipale, réfléchissent.

« C'est vraiment le fait que les gens m'interpellent. Je vous dirais que les femmes, beaucoup aussi m'interpellent en me disant: "On veut une femme. On en est rendu là" », indique Nancy Guillemette.

Alma

À Alma, 2017 s'annonce une année chargée en raison des Jeux du Québec et du 150e anniversaire de la ville. Le maire Marc Asselin réfléchira avant de choisir s'il demandera un troisième mandat.

Les conseillers Jocelyn Fradette et Frédéric Tremblay pourraient être intéressés par le poste de maire si Marc Asselin ne se représente pas.

« Je pense que Marc a fait un excellent travail et je suis prêt à le suivre encore », assure Frédéric Tremblay.

Dolbeau-Mistassini

Le maire de Dolbeau-Mistassini, Richard Hébert, sera de la campagne électorale. Cependant, il hésite entre briguer la mairie ou la préfecture de la MRC Maria-Chapdelaine.

« Attendons de voir comment l'échiquier va bouger. J'observe la scène à l'heure actuelle. Je suis quand même un acteur important de la scène ici, dans le nord du lac. Ma position c'est d'attendre et voir un peu ce qui va se produire dans l'avenir. »

Les conseillères Claire Néron et Françoise Bergeron démontrent aussi un intérêt pour la mairie. Leur réflexion se poursuit.

Saint-Félicien

À Saint-Félicien, le maire Gilles Potvin aimerait quitter la vie politique en sachant que l'industrie forestière est en meilleure santé qu'à son arrivée. Il se donne quelques mois avant d'annoncer s'il sollicitera un quatrième mandat.

« Je pourrais jouer encore un temps, mais ça va me prendre des conditions, des signaux de la part de la région, de mon environnement local. En concertation avec ma famille, je prendrai ma décision. J'aurais encore le goût, mais il vient un temps où tu te dis: ''Est-ce que ça vaut encore le coup d'investir toute ton énergie?'' »

L'homme d'affaires Marco Dallaire, qui a été candidat à la mairie en 2013, devrait prendre une décision en janvier.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?