Retour

Accès aux piscines intérieures difficile à Saguenay

L'accès aux piscines intérieures est de plus en plus difficile sur le territoire de Saguenay. Le nombre de bassins situés dans des immeubles publics est limité et les plages horaires offrent très peu d'options pour les groupes ou les organismes qui veulent les utiliser.

D'après le reportage de Frédéric Tremblay

À l'exception des hôtels, on dénombre huit piscines intérieures sur le territoire de Saguenay. Plus de la moitié est la propriété d'établissements scolaires et collégiaux. Avec la priorité des enseignants pour le choix des plages horaires et les constantes variations du calendrier scolaire, la disponibilité est restreinte.

« [C’est] difficile de trouver des heures de piscine parce que tous les organismes se battent pour avoir ces heures de piscines là », explique d’emblée l’entraîneur de natation Nicholas Buissière.

« À 7 h du matin, il y a de la place, mais ce n'est pas tout le monde qui, à 7 h du matin, [est] capable de pouvoir se déplacer et d'aller faire [son] activité. [Il faut] trouver le personnel aussi », poursuit-il.

La Ville de Saguenay, qui possède la piscine du Foyer des loisirs d'Arvida, reconnaît qu'il y a peu d'options pour les amateurs de natation.

« Les heures de disponibilité sont plutôt rares. En ce qui nous concerne, au Foyer des loisirs, il y a beaucoup de cours, il y a des bains libres et tout ça », affirme le porte-parole de la Ville de Saguenay, Jeannot Allard.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le plus récent bassin intérieur a été construit par la ville d'Alma pour la présentation des Jeux du Québec à l'hiver 2017. Une piscine est actuellement en construction à Dolbeau-Mistassini et son ouverture est prévue en 2019.

Des horaires qui causent des problèmes à la clinique Orchidia

Depuis le début des années 2000, la clinique de physiothérapie Orchidia offre des activités aquatiques pour les jeunes mères et leurs enfants. Chaque semaine, près de 45 heures de cours sont organisées à la piscine du Centre jeunesse de Chicoutimi qui est louée par la clinique.

Récemment, les dirigeants du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux régional (CIUSSS) ont décidé de mettre un terme à l'entente à la fin du mois de juin. La directrice d’Orchidia doit donc trouver une nouvelle piscine.

« C'est sûr, ça m'a déçue, mais je me suis dit : "Ok, go, on va se retrousser les manches, pis on va regarder pour d'autres avenues". C'est sûr j'ai regardé autour, toutes les autres piscines qui existent et effectivement, il n'y a pas de place », relate la propriétaire de la clinique de physiothérapie Orchidia, Sonia Bouchard.

Le CIUSSS possède aussi une piscine dans le pavillon Roland-Saucier du secteur nord de Chicoutimi, mais elle est gérée par la Ville de Saguenay. Le CIUSSS rappelle que sa mission première est d'offrir des services de santé et non pas de louer et de s’occuper d’infrastructures sportives.

« [Ça fait] beaucoup plus d'achalandage, beaucoup plus de circulation. Donc, ça amène les dirigeants à se questionner sur la sécurité des lieux, la sécurité des installations. Et c'est sûr que nous, en tant qu'organisation publique, on a la responsabilité de s'interroger sur la sécurité », commente la porte-parole du CIUSSS, Joëlle Savard.

La propriétaire de la clinique Orchidia recherche déjà des solutions. Elle veut convaincre des partenaires de construire une toute nouvelle piscine intérieure dans le secteur de Chicoutimi au cours des prochains mois.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde