Retour

Accident d'autocar en Saskatchewan : les hockeyeurs de la région touchés par la tragédie

Le tragique accident d'autobus qui a décimé les Broncos de Humboldt vendredi a des échos jusque dans la région. Les équipes de hockey de la région sont de tout coeur avec les familles des victimes, mais rappellent que les accidents du genre sont rares.

Prendre l'autobus pour aller affronter l'adversaire, c'est un mode de vie pour les familles impliquées dans le hockey.

Son entraîneur, Steve Thériault, avoue lui aussi que la tragédie de Humboldt fait réfléchir.

« Quand on vit une saison, on se dit : "Ça n'arrive pas ces choses-là". Oui, on fait de l'autobus et ce n'est pas vrai que durant une année on ne se pose pas la question. Est-ce qu'on est en sécurité et tout ça. On se ferme les yeux, on dort parce qu'on se dit, ça n'arrive pas, mais quand on voit ça, ça remet les choses en perspective », explique l’entraîneur.

Les équipes soulignent toutefois que prendre l'autobus demeure le moyen de transport le plus sécuritaire pour les jeunes.

Une tragédie qui rappelle des souvenirs

La mort a déjà frappé un jeune hockeyeur dans la Réserve faunique des Laurentides alors qu’il se rendait disputer un match à Chicoutimi.

En 1974, un joueur des Castors de Sherbrooke est mort dans un accident d’autobus. Son équipe et lui se rendaient au Saguenay pour jouer contre les Saguenéens de Chicoutimi.

« Gaétan Paradis, un jeune joueur de 18 ans. L'accident est survenu vers les 17 heures à peu près, les Saguenéens les attendaient au Centre George-Vézina. Et même les gens s'étaient rendus à l'aréna parce qu'on avait appris la nouvelle juste avant la partie à l'effet qu'il y avait eu un accident important », se rappelle Phil Desgagnés, ancien arbitre de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

D’après le reportage de Claude Bouchard

Plus d'articles