Retour

Accident mortel à Dolbeau-Mistassini : l’enquête se poursuit

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) poursuit l'enquête sur l'accident qui a fait trois morts à Dolbeau-Mistassini, samedi.

Les enquêteurs du Module des crimes majeurs assistés de l'Unité identité judiciaire du SPVQ effectuent la reconstitution de la collision dans les mêmes conditions que lorsque l'événement est survenu, par exemple, en mouillant la chaussée. Des tests d'adhérence ont également été faits.

Par ailleurs, la caméra de surveillance d'un concessionnaire automobile situé devant le lieu de l'accident aurait capté la scène. Les policiers tentent de récupérer les images.

Des expertises seront réalisées sur les véhicules impliqués dans la collision au cours des prochains jours.

Les policiers doivent encore rencontrer des témoins pour recueillir leur version des événements.

Conduite en situation d'urgence

Des sources du milieu policier indiquent qu'il n'y a pas de règles claires concernant la conduite en situation d'urgence. Le conductueur peut contrevenir au code de la sécurité routière, selon les circonstances. Par exemple, il doit tenir compte des conditions routières, du secteur, de la densité de circulation, du niveau d'urgence de l'appel et si d'autres patrouilleurs se dirigent vers les lieux.

L'enseignant en techniques policières du Collège d'Alma, Serges Simard, préfère laisser les enquêteurs faire leur travail avant de tirer des conclusions. « Je suis très prudent à mesure que les enquêteurs sont en train de faire leur travail, dit-il. Ça prend un certain temps avant d'avoir la vraie version. Des fois on dit que c'est de la vitesse. À voir passer un véhicule, des fois il passe à 50, 60 kilomètres à l'heure et on a l'impression qu'il va très vite et en fin de compte, il respectait les limites de vitesse. »

Samedi, Georges Martel, Louiselle Laroche et sa mère Cécile Lalancette se rendaient au salon funéraire lorsqu'un véhicule banalisé de la Sûreté du Québec les a happés de plein fouet, à l'intersection des rues Dequen et Rousseau. Les victimes, âgées de 70 à 90 ans, n'ont eu aucune chance.

Plusieurs témoins ont affirmé avoir vu trois véhicules de police circuler à très haute vitesse, gyrophares et sirènes allumés. Le SPVQ confirme que la voiture répondait à un appel d'urgence.

Plus d'articles

Commentaires