Retour

Accord de paix en Colombie : témoignage d'une Saguenéenne installée à Medellín

Un accord de paix définitif a été conclu, mercredi dernier à Cuba, entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Le conflit est en cours depuis 1964 et il a fait plus de 200 000 victimes. Une Saguenéenne, qui habite à Medellín, soutient que l'accord est reçu avec prudence par la population colombienne.

« Le conflit dure depuis plus de 50 ans, donc il y a une culture de la violence de cette guerre qui se poursuit en Colombie et les gens ne sont pas tout à fait sûrs que ça va se passer », mentionne Annie-Claude Laflamme.

Les Colombiens devront se prononcer sur cet accord historique le 2 octobre prochain par voie de référendum. Des sondages laissent croire qu'ils donneront leur aval, mais l'ancien président Alvaro Uribe mènera une campagne pour le non.

Annie-Claude Laflamme ajoute que dans la rue, les gens sont enthousiastes à l'idée de retrouver un sentiment de paix, mais qu'ils sont aussi craintifs puisqu'il reste encore bien des éléments inconnus sur la manière de mettre en place cet accord de paix.

Une opportunité à ne pas manquer

Annie-Claude Laflamme est responsable des projets internationaux au Cégep de Jonquière. Elle a eu l'opportunité d'aller gérer un projet à Medellín pour les deux prochaines années. Elle s'y est officiellement installée depuis un mois avec toute sa famille.

La ville et le pays en général ont longtemps été perçus comme dangereux et associés aux cartels de la drogue. Annie-Claude Laflamme affirme toutefois que Medellín ne correspond plus à cette image.

Elle ajoute que plusieurs programmes sociaux ont été mis en place dans les dernières années pour soutenir les personnes vulnérables et pour aider les gens dans le besoin.

Plus d'articles

Commentaires