Retour

Accueil de réfugiés syriens : la base de Bagotville se prépare

Alors que le gouvernement fédéral s'apprête à annoncer les mesures qui seront prises en vue de l'arrivée de réfugiés syriens au pays, plusieurs bases des Forces canadiennes se préparent.

À Saguenay, la base militaire de Bagotville n'a pas été identifiée pour accueillir des réfugiés, contrairement à celle de Valcartier, qui pourrait recevoir environ 3000 réfugiés syriens.

Malgré tout, les autorités de la base des Forces canadiennes de Bagotville ont tout de même élaboré un plan d'action. « On a quand même fait certaines vérifications pour voir, par exemple, pour l'hébergement ou le transport, mais on n'a pas reçu de tâches précisément, précise l'officière des affaires publiques, Marie-France Poulin. On sera prêts si on nous demande de collaborer ou de contribuer à cet effort-là. »

Précipitation, selon Gérard Bouchard

En entrevue à l'émission Café, boulot, Dodo, l'historien et sociologue Gérard Bouchard a reconnu que les craintes exprimées par la population envers l'accueil de réfugiés syriens sont normales dans le contexte des attentats de Paris.

Toutefois, il comprend mal que les autorités n'aient pas mieux expliqué la situation afin de rassurer la population. « Je trouve ça extrêmement dommage parce qu'à travers tout ça, on perd un peu de vue l'immensité, la gravité de l'enjeu. C'est-à-dire tous ces réfugiés qui sont jetés en dehors de leur pays avec un horizon plus qu'incertain, dans une misère totale », affirme M. Bouchard.

Gérard Bouchard déplore que le gouvernement de Justin Trudeau précipite le processus pour réaliser la promesse prise en campagne électorale d'accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici la fin de l'année.

« Je crois qu'il y a beaucoup d'improvisation là-dedans et ça paraît et c'est très regrettable parce que le problème des réfugiés, ce n'est pas l'affaire de trois mois ou d'un an, ça va s'étaler sur quelques années, dit-il. Donc il n'est pas trop tard pour réparer ce qu'on pourrait appeler les pots cassés, mais disons que ça ne s'annonce pas bien. »

Plus d'articles

Commentaires