Retour

Accueil favorable pour Denis Lebel à la tête du Conseil de l’industrie forestière

La nomination de Denis Lebel à titre de président-directeur général du Conseil de l'industrie forestière du Québec est bien accueillie au Lac-Saint-Jean. Seul le syndicat Unifor émet un bémol.

Selon le maire de Dolbeau-Mistassini, Richard Hébert, le député conservateur démissionnaire de Lac-Saint-Jean a toutes les qualités pour défendre le milieu forestier.

« Denis vient d'une région forestière, il connaît bien les enjeux de la région. Il a bien défendu la région au cours des dernières années », a-t-il mentionné.

Le président du syndicat des travailleurs de la scierie de Produits forestiers Résolu de Mistassini, Daniel Leblond, rappelle plutôt que le règlement de la dernière crise forestière sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper a coûté un milliard de dollars aux entreprises canadiennes.

L’Alliance forêt boréale prend la défense de Denis Lebel.

Même son de cloche du côté de la Fédération de l’industrie manufacturière où le président pense que les contacts de Denis Lebel sur la scène fédérale seront un fort atout.

Surprise dans l'opposition

La députée néo-démocrate de Jonquière, Karine Trudel, admet que la nomination de Denis Lebel, 24 heures après l'annonce de sa démission comme député, l'a prise par surprise.

Elle aspire à des conversations franches avec lui sur les dossiers chauds, comme le bois d'oeuvre et le papier surcalendré.

« On espère que ce soit transparent avec un esprit de collaboration. On a toujours été avec les travailleurs et on espère pouvoir faire front commun et maintenir ce qui s'est bâti au cours des derniers mois », a fait savoir Mme Trudel.

D’après le reportage de Mélissa Paradis

Plus d'articles

Commentaires