Retour

Accusé lundi, Éric Lapointe devrait subir son procès la semaine prochaine

Éric Lapointe, cet homme qui a causé un important déploiement policier samedi soir dans le secteur nord de Chicoutimi, devrait subir son procès dès la semaine prochaine. Son enquête sur remise en liberté devait se tenir mardi, mais l'accusé a plutôt choisi d'en finir rapidement avec la justice et de rester en détention.

Samedi soir, les policiers ont été appelés sur la rue Saint-Éphrem pour un homme qui menaçait son voisin avec un couteau de boucherie. Sur place, le suspect s'est barricadé dans son domicile à partir duquel il aurait tiré des objets et des couteaux en direction des policiers, ce qui a amené ces derniers à appeler des renforts.

Éric Lapointe, 56 ans, a été accusé lundi de menace de mort, de voies de fait armées et de possession d'une arme dans un dessein dangereux.

Il devrait subir son procès 12 jours à peine après les évènements.

En acceptant qu'une douzaine de policiers puissent déposer leur rapport sans avoir à témoigner, Éric Lapointe empêche son avocate de pouvoir les contre-interroger, ce qui limite grandement sa défense.

« On va y aller par admission, le rapport policier sera déposé, les témoins civils viendront expliquer ce qui s'est passé, puis monsieur donnera sa version à savoir qu'il n'est pas coupable et qu'il désire être acquitté des accusations qui pèsent contre lui », explique l’avocate d’Éric Lapointe, Marie-Ève St-Cyr.

Seuls les témoins civils pourront donc être contre-interrogés.

D’après le reportage de Gilles Munger

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine