Retour

Acquisition d'un centre équestre : défi relevé pour deux jeunes entrepreneurs

Marc-Antoine Turbide et Marilyne Jacques viennent de réaliser leur rêve le plus cher. Âgés respectivement de 23 et de 24 ans, ils ont fait l'acquisition d'un centre équestre de Saguenay après des mois de démarches complexes.

Le transfert d'entreprise agricole représente tout un défi. D'une part, la relève se fait rare. De l'autre, les jeunes qui aimeraient se lancer n'ont généralement pas les moyens d'acheter les terres et les installations qui valent souvent des centaines de milliers de dollars.

Marc-Antoine et Marilyne étaient dans cette situation. Le prix des bâtiments et des terres de la ferme Élisée frôlait le million de dollars. Malgré toute la bonne volonté des deux jeunes, aucune institution financière n'était prête à se risquer dans leur aventure.

De mars à août, ils ont multiplié les efforts pour montrer que leur projet de centre équestre était valable et rentable. Ils ont tenté de convaincre plusieurs personnes de s'associer avec eux, mais en vain. Ce n'est que cet été qu'un couple possédant plusieurs chevaux à l'écurie a décidé de leur donner un coup de pouce financier.

L'offre d'achat déposée par les quatre associés a été acceptée et depuis, les projets se multiplient. Ils ont entrepris de nombreux travaux de rénovation pour améliorer les installations qui peuvent accueillir jusqu'à 40 chevaux.

Marc Antoine et Marilyne sont conscients que les prochains mois seront cruciaux pour eux. Ils veulent développer une école d'équitation, proposer des camps d'été pour les jeunes et éventuellement offrir un volet sport-études pour les cavaliers.

Une longue histoire

La ferme Élisée, située dans l'arrondissement de Jonquière, était la propriété de la famille Boulianne depuis quatre générations. L'ancien propriétaire, Elie Boulianne, avait obtenu l'entreprise de son père, mais ses propres enfants n'ont pas suivi ses traces.

C'est lui qui a décidé de convertir la ferme laitière familiale en écurie dans les années 1980. À l'époque, les chevaux de course avaient la cote et pendant plusieurs années, le centre équestre en a fait sa spécialité. Par la suite, l'écurie s'est mise à accueillir des pensionnaires qui ne pouvaient avoir leur cheval chez eux.

Elie Boulianne avait le cœur gros lorsqu'il a mis sa propriété en vente l'hiver dernier. Il travaillait encore tous les jours à l'écurie et comptait sur l'aide de Marc-Antoine Turbide pour l'aider dans ses tâches.

Il tenait à ce que l'entreprise conserve sa vocation actuelle et il ne voulait pas vendre à n'importe qui. Même s'il a eu certaines réticences au départ en raison du jeune âge des nouveaux propriétaires, il est convaincu aujourd'hui d'avoir fait le bon choix.

Il a déjà promis d'offrir ses bons conseils aux acheteurs en cas de besoin.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un chiot décide de se rafraîchir... dans le réfrigérateur





Rabais de la semaine